Pensées quotidiennes

2018-11-15 • Et pourtant

J’ai définitivement une réticence aux systèmes qui reposent sur les services distants : Heroku, AWS et consorts. Plus je les utilise et plus je trouve cela contraignant… Et pourtant, comme je ne suis pas à une contradiction près, j’utilise GitHub et mon serveur est hébergé sur la plateforme Gandi. Je ne sais pas bien pourquoi, mais j’ai toujours un désir de rapatrier tout cela à la maison, sur un serveur local. Et même si en quelque sorte cela entraîne une autre fragilité ou d’autres types de contraintes. Et pourtant la mutualisation de ressources représente probablement un gain écologique en évitant de répéter les mêmes systèmes un peu partout. Et pourtant, la mutualisation n’est pas toujours bonne non plus, comme le plantage de GitHub pendant 24h récemment.

Automne enfoui (cache)

Et pourtant, il existe des technologies pour ne pas centraliser l’hébergement. Et pourtant, le pair-à-pair est un gouffre énergétique. Et pourtant, on pourrait héberger cela avec des énergies renouvelables (cache), c’est même bien documenté (cache) et il y a un thème dédié. Et pourtant, les panneaux solaires utilisent des ressources rares dont l’extraction / transport / recyclage sont polluantes. Et pourtant, j’aimerais pouvoir continuer à échanger des choses même en étant isolé dans la forêt. Et pourtant, un réseau d’une telle ampleur n’est pas soutenable.

Et pourtant, je partage ces mots qui ne peuvent qu’aggraver mes contr-addictions.

2018-11-14 • Invitez des jeunes

Voilà donc la fin de ce retour d’expérience : je n’ai pas vraiment de conclusion, car je ne sais pas si on peut tirer de généralités de mon expérience personnelle ; mais surtout parce que mon chemin est loin d’être fini : je continue d’apprendre chaque jour.

Mais quand même, juste un truc : si vous en avez l’occasion, invitez des jeunes à des conférences, c’est l’occasion de planter des graines qui pourront germer dans le futur 🙂

De dev à UX designer : reconversion d’une convertie (cache)

Superbe récit d’une reconversion. Parfois une simple invitation permet de changer une vie…

2018-11-13 • Règles de base

— […] Au lieu d’essayer d’expliquer ce mot en l’isolant de son contexte, je vais tenter de te faire comprendre ce que j’entends quand je parle de « ta culture ». D’accord ?
— Ça me va.
— En fait, pour simplifier encore, je vais te donner deux règles de base te permettant d’identifier les gens de ta culture. Voici l’une d’elles. Si la nourriture appartient toujours à quelqu’un et qu’elle est gardée sous clef, c’est que tu te trouves parmi eux.
— […]
— Voici une autre règle fondamentale dont tu peux te servir pour reconnaître ceux de ta culture : ils croient appartenir à une race d’essence imparfaite, condamnée à la souffrance et au malheur. Comme ils se sentent bourrés de défauts et voués à l’échec, ils pensent que la sagesse est une denrée rare, difficile à acquérir. Il leur parait normal de vivre dans la pauvreté, l’injustice et le crime, de rendre leur planète inhabitable et que leurs gouvernements soient des profiteurs égoïstes et corrompus. Ils peuvent s’en indigner, mais ils n’en sont pas surpris, cela leur semble aller de soi, comme de mettre la nourriture sous clef.

Professeur cherche élève ayant désir de sauver le monde, Daniel Quinn

Il commence fort ce livre.

2018-11-12 • APIs & evolutions

If you keep these covenants with your creature, you’ll be a responsible creator deity. Your creature’s body can evolve over time, forever improving and adapting to changes in its environment, but without sudden changes the creature isn’t prepared for. If you maintain a library, keep these promises to your users, and you can innovate your library without breaking the code of the people who rely on you.

API Evolution the Right Way (cache)

A lot of very good advices applied to Python. Something to consider when you are about to break an API. I am learning so much from taking a look at a lower level, there is beauty in Roll.

Actually, not in Roll itself but in the way it is being conceived.

2018-11-11 • Générateur statique

Je suis très tenté de reprendre une mon weblog/site, mais je me pose une question :

Pourquoi utiliser un générateur de site statique ? pourquoi pas avoir une page html, avec son propre style éventuellement ?

J'imagine un confort pour la gestion des flux et page d'index; j'envisage également que c'est plus confortable de faire du markdown ?

Je me demande quel chaine de publication utiliser @dav ou Karl Dubost

J'aime particulièrement le fait que les pages que Karl à écrit avec un style garde ce style dans le temps, même si les nouvelles pages changent de style...

Yannick François (cache)

Je me pose assez souvent cette question donc je vais profiter de l’occasion pour essayer de mettre des mots dessus.

J’aime aussi le fait de pouvoir remonter le temps dans la grange et que la patine soit visible pour les personnes qui le savent. C’est quelque chose que j’avais envisagé ici et que j’applique depuis quelques temps avec des rendus différents pour les vieilles archives ou les expérimentations par exemple. Je ne suis pas sûr que ça soit lié à un générateur ou pas, ici il m’a suffit de changer de gabarits au fil des ans. Par contre à l’inverse sans générateur il est plus compliqué de vouloir uniformiser à un moment donné (ça n’est pas infaisable pour autant si la structure de son HTML est propre).

La puissance d’un générateur est de pouvoir corriger / améliorer de manière choisie / globale l’espace de publication. C’est un privilège de développeur et si je n’avais pas cette connaissance, s’en tenir à du HTML bien lié serait probablement une meilleure option en terme de pérennité. Mais ça veut dire aussi au moins faire un flux avec les bons échappements de caractères spéciaux ce qui devient un peu moins accessible. Il pourrait y avoir un petit script qui fait juste ça… mais alors pourquoi ne pas en profiter pour faire un index aussi. Oh et un sitemap ? On a vite fait d’aller plus loin sans même s’en rendre compte :-).

Au sujet de markdown maintenant, j’aime la lisibilité que cela procure au moment de la rédaction. J’utilise iA Writer qui me permet d’avoir juste ce qu’il faut d’options pour rendre l’écriture fluide. Je pourrais probablement recréer cela avec un SublimeText bien configuré mais je vois l’intérêt aussi de décorréler les deux activités. Deux espaces, deux façons de penser. Après je vois aussi les limites d’une syntaxe simpliste qui ne permet pas de faire certaines différences importantes (cache) dans la sémantique HTML. Et je ne parle même pas de la complexité à faire des citations qui soient correctes (j’ai renoncé…).

J’ai longtemps eu le projet de faire un script qui justement ne fait que l’index et le flux associé. Mais à chaque fois je butte sur la configuration d’un tel générateur et la gestion de ses dépendances pour le rendre accessible à tous. Le compromis mou classique qui se transforme en vaporware. Dans l’idéal il faudrait que le code soit compréhensible et modifiable par une personne qui l’utilise afin d’en faire un outil convivial. Ça me remotiverait presque d’en parler ! Ou pas.

2018-11-10 • Littératie numérique

En fait l’un des buts de la littératie numérique c’est de comprendre que certaines décisions, certaines opinions, ont l’air techniques comme ça parce qu’il y a des mots techniques dedans, mais sont en fait, derrière, de la politique.

Web et vie privée - Stéphane Bortzmeyer (cache)

Difficile de trouver la meilleure manière de transmettre des savoirs techniques afin de mettre en capacité d’autres personnes d’avoir une réflexion politique éclairée sur le sujet. Beaucoup trop de croyances et d’approximations circulent pour pouvoir remettre les choses à plat sans que cela prenne un temps rédhibitoire, autant pour l’assistance que pour le connaisseur.

Une idée : passer par les écoles, non pas pour conseiller les enfants mais pour sensibiliser les parents par itérations. Il faut que je creuse ça, autant sur la forme que sur le fond.

2018-11-09 • S’excuser

Prendre le temps de présenter ses excuses lorsqu’on n’a pas été correct est coûteux sur de nombreux plans. C’est aussi un soulagement d’accepter de faire des erreurs et d’essayer de réparer les dégâts. Parfois le monologue extime de cet espace est inaccessible pour qui n’est pas dans mon cerveau, je vais essayer de faire en sorte qu’il ne soit pas en plus blessant.

2018-11-08 • Questions de base

Les quatre (plus une) questions de base :

Manifeste convivialiste (cache, PDF 10 Mo)

Lorsque je parlais de moment propice, j’entendais ce type de mouvement. Faut-il leur donner davantage de visibilité ? Est-ce que vous connaissez une page recensant les différentes initiatives en cours ? Quel est le niveau de radicalité acceptable compte-tenu du temps qui nous est imparti ?

2018-11-07 • Rythme in·soutenable

J’ai plusieurs indicateurs qui me permettent de prendre conscience d’un mauvais rythme de travail :

  1. l’écriture quotidienne
  2. le sport régulier
  3. les escapades sporadiques

Lorsque je n’arrive plus à réaliser aucune de ces trois activités, il est temps de lever sérieusement le pied.

Autant pour mon propre bien-être que pour celui de l’équipe et du produit.

2018-11-06 • Collapsosophie

Le problème des catastrophes qui s’annoncent et de l’effondrement possible de notre société n’est donc pas tant qu’ils vont nous obliger à vivre dans un monde de pénurie (les humains savent gérer cela), mais que nous allons y entrer de plain-pied avec une culture de l’égoïsme.

L’entraide, Pablo Servigne et Gauthier Chapelle

Deux conférences de Pablo Servigne :

2018-11-05 • Revenu universel ou gratuité

Le capitalisme, dont la vocation consiste à transformer le monde en marchandises, ne peut poursuivre ce processus sans menacer l’humanité d’un effondrement à la fois financier, social, politique et écologique. Prendre acte de cette situation conduit à prôner un autre type de revenu d’existence, démonétarisé. En d’autres termes : la gratuité, dont il s’agirait de défendre l’extension, car elle n’a jamais totalement disparu. Revenu universel ou gratuité, ainsi se résume le dilemme : vaut-il mieux donner de l’argent aux citoyens ou leur fournir des services gratuits ?

Éloge de la gratuité (cache)

Au moment où je réfléchis à une nouvelle formule pour cet espace avec un accès payant aux contenus frais, cet article me rappelle à quel point la gratuité est essentielle.

Cette thématique sera potentiellement mon calendrier de l’Avent.

2018-11-04 • Thirty years

Longaccess offered exactly that: users would pay in advance for 30 years of storage and upload any file they wanted to archive. Archives were client-side encrypted and immutable (once uploaded, no one can add, delete or update files).

And each archive corresponded to a "certificate": a simple text file containing the archive ID and the random encryption key that had been used to encrypt the archive. We recommended that our users printed the archive certificate, to make sure technological obsolescence doesn’t make it unusable in the future (because if the certificate is lost, there is no way to recover the specific archive).

Shutting down longaccess (cache)

Very close to what I was thinking the other day related to digital preservation. Documented failures are invaluable. Thank you so much!

Discovered via Simon Willison (cache).

2018-11-03 • Soigner le présent

Je me dis régulièrement que ce n’est pas le futur qui est à inventer, mais le présent qui est à soigner, au sens de bien traiter, regénérer.

Question(s) de résilience personnelle (cache)

Discussion de comptoir hier soir sur les jeunes (oui je peux maintenant faire mon réac’, enfin un peu plus…). Sans avoir un jeune sous la main sinon c’est trop facile.

Se demander si la construction personnelle et le bien-être n’ont pas endommagé la famille. Se demander s’il devient si difficile de faire des concessions, même pour une seule autre personne, comment vivre en société, en démocratie. Se demander quelle est la part de l’évolution des rapports hommes/femmes ayant permis cela. Se demander si les privilégiés vont arrêter de se reproduire. Se demander si ce n’est pas légitime quand on pressent ce qui nous attend.

En sortir avec une certaine tristesse qu’il va falloir que je cultive pour la comprendre et la transformer.

2018-11-02 • Clans et élitisme

Je milite en faveur de la localité et de la décentralisation depuis des années. Et pourtant je ne peux m’empêcher de constater que lorsque l’occasion m’est donnée — ici Mastodon, là Slack —, j’ai tôt fait de reconstruire quelque chose autour de moi avec des personnes qui me ressemble et qui restreignent mon exploration à des sujets de privilégiés (au hasard la collapsologie).

Suis-je enclin à fragmenter pour mieux exclure ?

2018-11-01 • Écologistes et douches

Si je suis la logique des écologistes, si j’observe leurs préoccupations (qui sont aussi les miennes), alors ils devraient tous être véganes, ou au moins végétariens. Une écologiste qui n’est pas végé, c’est comme un écologiste qui roule en 4 × 4. Ça n’a pas de sens. Il est impossible de se dire écologiste et de manger de la viande.

[…]

Manger un hamburger équivaut à prendre une douche qui durerait un mois : 2500 litres d’eau sont nécessaires à la production d’un steak.

[…]

D’un strict point de vue écologique, la généralisation de l’élevage bio et de petits producteurs causerait bien plus de tort à la planète que l’élevage industriel où les animaux sont parqués, pour la simple raison que l’élevage « éthique » nécessite considérablement plus de place, de ressources, d’énergie. Avec la consommation de viande actuelle, raser toutes les forêts du globe n’y suffirait pas.

[…]

L’enjeu n’est pas dans les robinets qui gouttent parce qu’ils sont mal refermés ou dans les douches trop longues. […] Les écologistes sont prisonniers de leur mode de vie confortable. […] Il y a quelques années j’étais ce type d’écologiste absurde qui mangeait du poulet bio.

Les animaux ne sont pas comestibles, Martin Page

Faire son pain dans un four individuel est probablement du même ordre de grandeur niveau stupidité (je tente de faire dans la foulée pain, pizza, patisseries mais ça demande un bien plus grand investissement en temps…). Si l’on va plus loin, faire du sport pour le plaisir est une dépense d’énergie inutile qui serait à proscrire, surtout sachant que l’on pourrait l’utiliser à remplacer un esclave énergétique. En contrepartie, j’essaye de me convaincre qu’être en santé (physique et mentale) pourrait contrebalancer cette dépense. Pas sûr du tout. Toujours en recherche de cohérence personnelle.

Voir aussi : d’autres chiffres relatifs à la consommation d’eau.

2018-10-31 • Et si

Ce matin je me suis réveillé en me disant que c’était le premier jour de la seconde moitié de ma vie. C’est une sensation étrange de prendre conscience de cette éventualité aussi brutalement.

Inutile et indispensable.

2018-10-30 • Publication et cohérence

Ce blog tient plus du carnet personnel, au sens premier et intime, que du magazine, du partage de connaissances ou du journalisme citoyen. J’y exprime assez peu d’opinions personnelles et, lorsque cela m’arrive, j’évite de les transformer en revendications ou en discours de ralliements. Essayer de préserver cette forme de neutralité n’est pas destiné à paraître lisse mais s’inscrit intrinsèquement dans ma démarche de réflexion. J’estime qu’un engagement quelconque n’en est pas plus faible sans proclamation et que pancartes et banderoles sont plus encombrantes qu’utiles. Il n’est pas question d’une réserve mais d’une mesure préventive face à l’auto-persuasion, qui guette, tapie dans l’ombre. Je considère ma pratique comme une forme d’écriture de soi, bien plus orientée vers la construction de mon individualité que vers la quête narcissique de reconnaissance ou de notoriété publiques - que je tends à fuir, quitte à envisager de m’effacer - ou encore vers la flatterie de l’ego. En dernier lieu, je réfute également le recours à la notion d’extimité, trop fluctuante et sujette à interprétations variées, à mon goût.

Cette extériorisation d’une construction personnelle risque dès lors de se confronter à des soucis habituellement liés à la (re)présentation de soi. Puisque je prône l’honnêteté - peut-être devrais-je utiliser le terme d’intégrité -, je me dois de reconnaître qu’écrivant pour moi je ne m’en sais pas moins observé puisque je publierai ces mots. Nous touchons alors presque du doigt le paradoxe de l’observateur cher à Labov. C’est là que la difficulté de l’exercice prend corps : deviner quelles sont les parts consciente et inconsciente d’altération de mon expression liées à cette observation extérieure, et savoir si je suis en mesure de les minimiser à défaut de m’en extraire. Puis-je, dans ces conditions, être authentique - mais ce qualificatif a-t-il encore lieu d’être tant il a été galvaudé - ou ne suis-je pas déjà dans le paraître malgré moi ? Est-ce que je transpose toujours bien ce type voûté et un peu avachi, ou ne suis-je pas en train de me tenir plus droit qu’à l’accoutumée tout en veillant à rentrer ma bedaine ? Ce doute est plus important qu’il n’en a l’air : n’oublions pas que je parlais d’écrire en guise de production de matière pour la construction de mon édifice personnel. Qu’advient-il alors de ce résultat du moment que la matière première risque d’être corrompue ?

Versions et révisions (cache)

Il y a un côté mortifère dans le fait d’écrire qui correspond à un moment où l’idée jusqu’alors libre et vivante doit être figée. La publication en rajoute une couche lorsqu’elle transforme cette réflexion déjà morte en preuve sans grande conviction. Ce que j’ai écrit hier ne correspond probablement plus à ce que j’en pense aujourd’hui, et pourtant il va rester une trace aussi longtemps que je le souhaite. Trace qui se révèle être parfois un fardeau, parfois une mémoire externalisée, parfois un souvenir venant compléter la souvenance que j’en ai, toujours l’histoire d’un cheminement de pensée que je m’efforce de partager pour (me ?) montrer qu’une sinuosité est nécessaire et acceptable.

Je me rends compte que je cherche de moins en moins la cohérence chez les autres et qu’il n’y a que la mienne que je puisse soigner. Et remettre en cause.

2018-10-29 • Devoir de conscience

Mes privilèges ne me donnent le droit ni d’en abuser, ni de m’en glorifier. Je n’ai rien fait pour « mériter » mes attributs de naissance. Je ne les ai pas demandés non plus. Je suis juste le produit d’un concours de circonstances favorables.

En revanche, j’estime avoir le devoir d’être conscient de cela. Et d’œuvrer pour que ce régime des privilèges, source insupportable d’inégalités, prenne fin un jour. Pas pour retirer quoi que ce soit à quiconque, non. Mais pour donner à tous. C’est ma perception de la justice sociale et de l’équité. C’est le monde que je veux pour nous tous, pour mes enfants, et pour ceux des autres. J’en ai profité, sans raison particulière. J’aimerais que tous en profitent. Que nous soyons tous des privilégiés.

C’est une posture très naïve, évidemment. Néanmoins, accepter l’ordre des choses, s’y résigner, ne rien faire pour que ça change en mieux, n’est pas envisageable pour moi.

Je suis un privilégié (cache)

[Après un échange avec Olivier, je reconnais que mon interprétation / réflexion ci-dessous autour de la citation choisie est déplacée et difficilement compréhensible sans ajouter du contexte, ce que je n’ai pas pris le temps de faire au moment de la rédaction. Je vous encourage vivement à aller lire l’article dans son intégralité. Il faut savoir reconnaitre ses erreurs ET en garder trace pour éviter de les reproduire trop rapidement…]

J’ai un peu de mal avec cette posture qui considère que tout le monde devrait devenir privilégié. Comme s’il fallait une fois de plus que ce soit aux autres de monter sur la marche. Surtout qu’à force de monter dans un monde fini on commence à manquer d’air.

Une autre position serait de descendre en tant que privilégié. De reconnaître que c’est à nous de faire cet effort. D’aller chercher la résilience et l’enthousiasme dans ces singularités.

#autocritique

2018-10-28 • Vidéo et esthétique

À force de regarder des vidéos sur Youtube, je suis tenté de partager mes expériences dans ce format (rassurez-vous, ça ne sera pas sur cette plateforme…). Le principal frein actuel est la mise scène que cela nécessite, la cohérence du style, l’esthétique finale, bref, de quoi gâcher un moment en voulant le partager. Je crois que je vais me contenter d’observer ceux qui ont fait ce choix. Merci pour leur sacrifice qui me permet d’apprendre autant.

Cela n’est pas sans me rappeler un certain chemin photographique précédent

2018-10-27 • Sensibilité et oppressions

Certains adversaires du véganisme disent se soucier plus des humains que des animaux, que leurs efforts et leur engagement vont avant tout vers les humains. J’ai côtoyé ces humanistes autoproclamés qui, quand mon père est tombé malade, quand ma meilleure amie est tombée malade, ont fui. Ils nous ont abandonnés. Les carnistes ne sont pas de plus grands humanistes que les militants de la cause animale. L’empathie n’est pas une qualité qui diminue en quantité à mesure qu’on en fait usage. Nous n’avons pas un stock limité de pensées empathiques. Au contraire, plus on a de considération pour des êtres opprimés, plus on devient sensible aux autres oppressions.

Les animaux ne sont pas comestibles, Martin Page

Il faut croire que les livres de Martin Page se suivent, ne se ressemblent pas mais génèrent toujours une certaine émotion/réflexion chez moi. J’apprécie son approche globale de la souffrance et du respect de la vie qui font écho à des réflexions actuelles que je peux avoir sur les privilèges et les cultures. Si je mange aujourd’hui beaucoup moins de viande pour des raisons écologiques, cet ouvrage contribue à mon cheminement sur cette voie.

Une voie à la fois politique et créative.

PS : au passage, Daria, j’emprunte aujourd’hui les livres à la bibliothèque ce qui me retient de les corner. Je déchire alors un bout de mon marque page pour garder une trace de l’extrait. À la fin de l’ouvrage, plus mon marque page est petit, meilleur était le livre.

2018-10-26 • Voting machines

The fact that information is stored unencrypted on hard drives simply makes no sense in the current threat environment. That they can be left on devices, unencrypted, that are then sold on the open market is malpractice.

Finally, we must educate our poll workers and voters to be aware of suspicious behavior. One vulnerability we uncovered in voting machines is the chip card used in electronic voting machines. This inexpensive card can be purchased for $15 and programmed with simple code that allows the user to vote multiple times. This is something that we believe could be avoided with well-trained, alert poll workers.

I Bought Used Voting Machines on eBay for $100 Apiece. What I Found Was Alarming (cache)

An example amongst others that voting machines are as bad as they seem to be. This is even worse than I imagined. Your tweets are probably harder to hack than your pseudo-democracy.

Concerning to say the least.

2018-10-25 • Éthique et culture

Les auteurs de l’étude en pointe néanmoins plusieurs limites. Ceux qui ont répondu à leur enquête en ligne sont un public qui n’est pas sans biais, avertissent-ils : principalement des gens au statut social élevé et connecté. L’étude pointe néanmoins des différences de préférences, qui laissent à penser que les décisions implémentées dans les véhicules pourraient être très différentes d’un pays l’autre. Même dans les groupes culturels qui peuvent paraître proches, il existe parfois des différences d’appréciations fortes : les Japonais ont plutôt tendance à préférer des véhicules qui épargnent les piétons alors que d’autres cultures, comme la culture chinoise, préfèrent des véhicules qui épargnent les passagers par exemple.

De la relativité de l’éthique (cache)

Intéressant de constater les différences de réponses sur le dilemme du tramway en fonction des pays ou pourquoi une intelligence artificielle ne peut être que propre à une culture donnée. Et donc incompréhensible pour des développeurs qui ne soient pas de cette culture. Peut-être un moyen de décentraliser/relocaliser le développement de produits numériques.

Ou d’uniformiser les cultures.

2018-10-24 • Cost-cutting

Disintermediation matters because it inverts the control structure of the network, but cost-cutting matters too. Cost-cutting matters because the society of computers isn’t going to work if participation costs money. That’s how wealth translates into power. Coders should not have to front the cost of hosting their own work – the network should.

Why bother with P2P when you still need to guarantee uptime? (cache)

I’m all for reducing costs but only if we consider the global cost for the planet. P2P is more resilient but not efficient when it comes to energy and here is the paradox: developing more decentralized and resilient practices will make the efficiency drop and as such consume even more energy. So we have to both decentralize and reduce (bandwidth, connections, etc in that particular case). It’s like a rebound effect but somehow reversed.

Let’s call it “bound effect”.

2018-10-23 • One hundred companies

Just 100 companies have been the source of more than 70% of the world’s greenhouse gas emissions since 1988, according to a new report.

Just 100 companies responsible for 71% of global emissions, study says (cache)

The beauty of statistics. When you read the report (cache) you realize these companies are extracting energy providing thousands of other companies reaching billions of people. The computer I’m writing on probably comes from this energy, the server that page is hosted on is probably powered by that energy, etc. To people aiming to take down these 100 companies only, you underestimate their global impact for your own comfort.

Taking that fight starts by consuming less energy.

2018-10-22 • Anthropocide

La perspective du début d’une vie humaine dont je suis responsable, conjuguée à la perspective de la fin d’un monde. Paye ta synchronicité.

A quoi va ressembler le monde dans lequel je vais faire grandir un petit humain ? Comment je me prépare, comment est-ce que je le ou la prépare, et qu’est-ce que je veux lui transmettre ? Comment créer les conditions qui lui assurent les moins pires conditions de vie possible, et est-ce seulement possible ?

La transition physique et psychique (cache)

Je me retrouve beaucoup dans les réflexions de Claire Zuliani.

Vieillir relativement privilégié dans une civilisation qui s’effondre c’est vivre avec la culpabilité d’avoir davantage participé à son déclin qu’à son essor.

La singularité des façons d’accueillir ce constat est à la fois notre force et notre faiblesse. Notre défi va être de pouvoir écarter les expériences insatisfaisantes rapidement et de faire passer à l’échelle celles qui génèrent de l’espoir.

Tout un programme. Politique ?

2018-10-21 • Agnotologie

L’agnotologie est l’étude de la production culturelle de l’ignorance.

[…]

Il s’agit de voir l’ignorance non pas seulement comme une fatalité, ou comme une conséquence nécessaire des priorités de nos programmes de recherche, ou encore comme un échec partiel du système éducatif, comme le veut le modèle du « déficit » (deficit model), mais bien comme résultant parfois d’une action : l’ignorance peut être créée de toutes pièces, par des stratégies de désinformation, de censure, ou bien entretenue par des stratégies de décrédibilisation de la science ou d’institutions scientifiques, par des acteurs individuels ou collectifs, qu’il s’agisse d’États, de fondations ou de groupes de pression.

Agnotologie - Wikipédia

Il y a le bon et le mauvais journaliste. Le bon, il est agnotologue en fait.

2018-10-20 • Hygiène et numérique

Chacun de ces exemples appelle une réponse particulière, des réponses qui sont parfois contradictoires. Par exemple, GMail offre un bon niveau de protection des correspondances contre les attaques de gens de notre entourage, employeur, conjoint·e, etc. Par contre, il sera obligé de répondre aux demandes de la justice. Héberger ses courriels chez des potes peut-être une bonne idée si on participe à une ZAD. Par contre selon leurs compétences en informatique, la sécurité sera peut-être moindre. Et en cas d’embrouille avec elleux, iels pourraient accéder à nos informations.

Donner de fausses informations en ligne peut relativement nous protéger des tentatives d’influencer nos actes. Mais peut aussi nous nuire le jour où des décisions nous concernant seront prises en se basant sur ces informations.

Et pour protéger son intimité, il faut adopter quelques règles d’hygiène.

Hygiène et écologisme numérique (cache)

Superbe billet de Clochix sur la notion d’intimité en ligne et ses multiples facettes.

Je vous invite aussi à aller lire la tribune de Laurent Chemla :

Il y a plus d’un milliard d’utilisateurs de Gmail, largement contraints souvent parce qu’il faut une adresse Gmail pour activer un téléphone Android. Google s’en fiche bien si quelques dizaines de millions vont voir ailleurs : ceux-là continueront forcément à échanger avec la très grande majorité qui sera restée. Et donc à fournir des données à Google. Or c’est de données que se nourrit Google, pas d’utilisateurs. Google s’en cogne, que tu « portes tes données » ailleurs, soyons sérieux.

Un tiers médiaire (cache)

2018-10-19 • Hack-first

About Solid itself, I think it is a spec-first approach. They took 15 years to write the spec, and now they’re saying the community can begin building the apps. The approach in Scuttlebutt is the hacker way, it’s a hack-first approach. It began in Node.js, and many of its modules were proof of concepts that had to evolve to become more production-ready, and only now that it’s validated, we are spec’ing it on paper. It has worked well to make things happen, and see if people are actually going to use it. I would prefer the hack-first spec-later approach, while Solid is doing the opposite. It could work either way.

That said, 15 years in spec is a very long time, the world back then barely had social networks and mobile phones were Nokia phones. People were giggling about the prospect of 1 megapixel cameras on their phones. If you look at the seminal article from 2003 that inspired Solid, they mention the the read-write web. In my opinion, the read-write web is already perfectly embodied in the Beaker Browser. And Beaker is working software, with a self-growing community.

But Solid is very different to Beaker. It’s centered around this pods concept that you install on some server to you hold your data. What about easily writing on the web? How does Solid answer that? The answer seems to be through apps that access my pod data, but it’s not justified why is that a good idea to begin with. And the approach to identity is in my opinion outdated. Nowadays with cryptocurrencies and p2p protocols (like Dat or IPFS or Scuttlebutt), identity is a cryptographic keypair, yet that’s not the case in Solid

What do you think about Solid? (cache)

I did not see anybody in my bubble enthusiast about the Solid project. Which might be a good thing (remember that “vague but interesting” comment) but still, I wonder how that approach can take off without early adopters. We’ll see.

Note: remember that you can Ask Me Anything by email. It might take time but I eventually answer.

2018-10-18 • Potentialités inabouties

Ensuite en martelant que l’Histoire ne doit pas se contenter de raconter la façon dont les pouvoirs se sont établis (les rois, la formation des nations, des Etats), mais aussi les tentatives d’organiser la cité autrement, même et surtout quand elles ont échoué. Ces « expérimentations politiques », qui pullulent dans l’Italie des trecento et quattrocento, l’historien doit s’y montrer attentif, car elles nous indiquent d’autres mondes possibles. « Ce que peut l’histoire, c’est aussi de faire droit aux futurs non advenus, à ses potentialités inabouties. »

« Ce que peut l’Histoire », c’était le titre de la leçon. Boucheron y a tordu le cou à l’idée que l’Histoire serait là pour remonter aux origines et fixer des identités. Il a taclé les déclinistes de tous poils, qui « répugnent à l’existence même d’une intelligence collective ». Il a contesté que l’Histoire soit finie. « Pourquoi se donner la peine d’enseigner sinon, précisément, pour convaincre les plus jeunes qu’ils n’arrivent jamais trop tard ? »

Histoire : le Collège de France vire à gauche (cache)

Il y a l’Histoire écrite par les vainqueurs, et puis l’histoire survivant dans le récit des opprimés. Il y aurait même une troisième histoire, incivilisée, écrite par les non-humains :

Contre le projet civilisateur et l’écocide qu’il engendre, l’écriture Incivilisée ne propose pas une perspective non humaine — nous demeurons humains et, même avec ce qui se passe, nous n’en avons pas honte — mais une perspective qui nous perçoit comme un des innumérables fils de la tapisserie du vivant plutôt que comme le premier palanquin d’une glorieuse procession. Elle propose de regarder sans broncher les forces parmi lesquelles nous évoluons.

Elle s’emploie à peindre un portrait d’Homo sapiens qu’un être d’un autre monde ou, mieux, de notre monde — une baleine bleue, un albatros, un renard roux — pourrait considérer comme vraiment ressemblant. À détourner notre attention de nous-mêmes afin que l’on se tourne vers l’extérieur, à décentrer nos esprits. Il s’agit, pour faire court, d’une écriture qui met la civilisation — et nous-mêmes — en perspective. D’une écriture qui émane non pas, ainsi que la plupart des écrits, des centres métropolitains autocentrés et autosatisfaits de la civilisation, mais d’ailleurs, du dehors, de ses périphéries sauvages. De ces endroits arborés, remplis de mauvaises herbes, et largement évités, d’où l’on perçoit ces vérités inconfortables nous concernant, ces vérités qu’il nous déplait d’entendre. D’une écriture qui s’emploie vigoureusement à nous remettre à notre place, peu importe à quel point cela nous embarrasse.

Le manifeste de la Montagne Sombre (cache)

Ce qui m’intéresse dans ce dernier texte c’est d’aller à l’extrême d’une certaine empathie. J’ai l’impression que toutes les prises de conscience actuelles sur les privilèges, les diversités, les altérités, les singularités pourraient nous mener à avoir un autre regard sur nous, sur les autres et en définitive sur la nature.

Il n’est jamais trop tard pour redresser la barre (je ne parle pas d’éviter le mur).

2018-10-17 • À nous la ville

2018-10-16 • Députés et commissaires

2018-10-15 • Confédération communale

2018-10-14 • Enracinement

2018-10-13 • Diffuser critiquement

2018-10-12 • Web sémantique

2018-10-11 • The Future of Opendata

2018-10-10 • Sobriété et cohérence

2018-10-09 • Agnosticisme économique

2018-10-08 • Maintenance and responsibility

2018-10-07 • Culture du quotidien

2018-10-06 • Milieux de vie

2018-10-05 • Festival de la décroissance Montréal

2018-10-04 • Autarcie et déliaison

2018-10-03 • To hell or utopia?

2018-10-02 • Tests et biais

2018-10-01 • Abécédaire

2018-09-30 • Enchantment of colours

2018-09-29 • NomadConf Canada

2018-09-28 • Être immigré

2018-09-27 • Démocratie et justice

2018-09-26 • Soft skills

2018-09-25 • Être heureux

2018-09-24 • Rareté du travail

2018-09-23 • Soumission inconsciente

2018-09-22 • Technopolitique

2018-09-21 • Digital preservation

2018-09-20 • Something right

2018-09-19 • Technology and control

2018-09-18 • Troubadours modernes

2018-09-17 • Hard truth

2018-09-16 • Coup d’Éclat

2018-09-15 • Remettre en question

2018-09-14 • Commun·e

2018-09-13 • (Sur)Vivre

2018-09-12 • By default

2018-09-11 • Memories and stories

2018-09-10 • Notes de lecture

2018-09-09 • Douleur enfouie

2018-09-08 • Dependencies and governments

2018-09-07 • Rêves inatteignables

2018-09-06 • Équilibre

2018-09-05 • (Im)Mor(t)alité

2018-09-04 • Moment propice

2018-09-03 • Libérer les humains

2018-09-02 • Terra Perma

2018-09-01 • En devenir

2018-08-31 • Deplorable

2018-08-30 • État de l’art

2018-08-29 • Confiance et politique

2018-08-28 • Collaborer ou renverser

2018-08-27 • It only takes one

2018-08-26 • The cost of connections

2018-08-25 • Tours de poteau

2018-08-24 • Faire partie de la solution

2018-08-23 • Moving in alignment

2018-08-22 • Serment d’Hippocrate

2018-08-21 • Better informed

2018-08-20 • Qualité poétique

2018-08-19 • Conditions de subsistance

2018-08-18 • Ni bien-être ni paix

2018-08-17 • Acroissance

2018-08-16 • Water is being stolen

2018-08-15 • Modern slavery

2018-08-14 • Three pillars

2018-08-13 • Choix de publication

2018-08-12 • Do No Harm License

2018-08-11 • The History of the Web

2018-08-10 • Tout en noir

2018-08-09 • Read/write Web

2018-08-08 • Subordination forte

2018-08-07 • Aveuglé

2018-08-06 • Multipotentialite

2018-08-05 • Listening to my body

2018-08-04 • Ruissèlement de la domination

2018-08-03 • Removing tracking

2018-08-02 • Slow trail

2018-08-01 • Documentation of my research

2018-07-31 • Lâcher prise

2018-07-30 • Harcèlement ordinaire

2018-07-29 • Worthwhile to say

2018-07-28 • Invités à écouter

2018-07-27 • Stimuler la contradiction

2018-07-26 • Definition for unschooling

2018-07-25 • Places aux silences

2018-07-24 • Popularity & activism

2018-07-23 • Merci Boris

2018-07-22 • Bushcraft chair

2018-07-21 • Pharmakon

2018-07-20 • Théorème de Matrix

2018-07-19 • Pogner un citron

2018-07-18 • Un peu troublant

2018-07-17 • Conflits structurels

2018-07-16 • Open desk

2018-07-15 • Liesse nationaliste

2018-07-14 • Mauvaise conscience

2018-07-13 • Not buying it

2018-07-12 • BDNFL

2018-07-11 • Newbie issues

2018-07-10 • Because of the numbers

2018-07-09 • Fin du game

2018-07-08 • Make it

2018-07-07 • VANcouver

2018-07-06 • Swimming smooth

2018-07-05 • Keeping food safe

2018-07-04 • Fighting mosquitoes

2018-07-03 • Tragédie du libre accès

2018-07-02 • Super dumb

2018-07-01 • Pot commun

2018-06-30 • Colonies et nazisme

2018-06-29 • Collective mentality

2018-06-28 • Bug-out drive

2018-06-27 • Si cher

2018-06-26 • Educate yourself (or not)

2018-06-25 • Jeu de fantômes

2018-06-24 • Coachs et jésuites

2018-06-23 • The story of a person

2018-06-22 • Paying attention

2018-06-21 • Anything Ameri^WRussian

2018-06-20 • Spiritualité et mystère

2018-06-19 • Journalists or entertainers

2018-06-18 • The Amish and cars

2018-06-17 • Agile and ethics

2018-06-16 • Human value(s)

2018-06-15 • Luddites

2018-06-14 • For intérieur

2018-06-13 • Effondrement et récit(s)

2018-06-12 • Simulation inverse

2018-06-11 • Communauté intentionnelle

2018-06-10 • Municipalisme libertaire

2018-06-09 • Diversity problem

2018-06-08 • Frontière du danger

2018-06-07 • Ready to go

2018-06-06 • Moment historique

2018-06-05 • Livre et consommation

2018-06-04 • Confort et centralisation

2018-06-03 • Foi et mystique

2018-06-02 • Démocratie(s) et échelle(s)

2018-06-01 • Technical readings

2018-05-31 • Stupides marteaux

2018-05-30 • Stack punk

2018-05-29 • All wrong

2018-05-28 • Économie et entropie

2018-05-27 • Web We Can Afford

2018-05-26 • Pensée futile

2018-05-25 • Fausses nouvelles

2018-05-24 • Aggregators vs. Platforms

2018-05-23 • Level of ease

2018-05-22 • Pair-à-peers

2018-05-21 • Incurie et dépendances

2018-05-20 • Wasting time

2018-05-19 • Python dataclasses

2018-05-18 • Traces

2018-05-17 • Choix d’un métier

2018-05-16 • Solastalgia

2018-05-15 • The next position

2018-05-14 • Accueillir les émotions

2018-05-13 • Personal manifesto

2018-05-12 • Self-doubt

2018-05-11 • REconomie

2018-05-10 • Consommation tangible

2018-05-09 • Résilience locale

2018-05-08 • Physical networks

2018-05-07 • Control vs. Care

2018-05-06 • Compromised safety

2018-05-05 • Criminal drones

2018-05-04 • Programme politique

2018-05-03 • Worse place

2018-05-02 • Power dynamics

2018-05-01 • Word-of-mouth

2018-04-30 • ÉCRiDiL 2018

2018-04-29 • Kill the conference

2018-04-28 • Wood stove

2018-04-27 • (Pacer)poles review

2018-04-26 • Issues & labels

2018-04-25 • Déficit démocratique

2018-04-24 • Algorithm Free

2018-04-23 • Mauvais pauvres

2018-04-22 • Speed of usefulness

2018-04-21 • GDPR & nightmare

2018-04-20 • Adaptation & Transformation

2018-04-19 • Governance & engagement

2018-04-18 • Apple & Web Apps

2018-04-17 • Orientation et boussole

2018-04-16 • Scrum master

2018-04-15 • Cache workers

2018-04-14 • Petit rappel

2018-04-13 • Decentralization theory

2018-04-12 • Graded browser support

2018-04-11 • Arnaqueur senior

2018-04-10 • Speed and tools

2018-04-09 • Documentation d’itinérance

2018-04-08 • Strong opinions

2018-04-07 • Tourner en spirale

2018-04-06 • Mind the gap

2018-04-05 • DNS and privacy

2018-04-04 • Pourquoi

2018-04-03 • Happy developer

2018-04-02 • Seasonal structures

2018-04-01 • Open-source et éthique

2018-03-31 • Mu Hin Shu

2018-03-30 • Oscillation et mouvement

2018-03-29 • Blog for yourself

2018-03-28 • Vider son Slack

2018-03-27 • Pouvoir et données

2018-03-26 • Commun distribué

2018-03-25 • Writing and timing

2018-03-24 • Pourquoi la forêt ?

2018-03-23 • Courtoisie et grégarité

2018-03-22 • Apophénie qu’ils disaient

2018-03-21 • Valeurs et courage

2018-03-20 • Intentional down-blogging

2018-03-19 • Culture pillars

2018-03-18 • Apprentissage et analyse de textes

2018-03-17 • Solution vs. clue

2018-03-16 • Effet rebond

2018-03-15 • Snobisme assumé

2018-03-14 • Décroissance imposée

2018-03-13 • Corporate responsibility

2018-03-12 • What vs. how

2018-03-11 • Complexité ou complication ?

2018-03-10 • Screens’ challenge

2018-03-09 • 18F Canada

2018-03-08 • Formats d’accompagnement

2018-03-07 • S.A.L.T.Y.

2018-03-06 • Bien ou lien ?

2018-03-05 • Average week

2018-03-04 • Temps de réflexions

2018-03-03 • Give my CPU back

2018-03-02 • 8 80 web

2018-03-01 • Free Act

2018-02-28 • Granted access

2018-02-27 • Technical choices

2018-02-26 • Mailbox is your copy

2018-02-25 • Github and money

2018-02-24 • Coquilles vides

2018-02-23 • Improving quality

2018-02-22 • (Re)Trouver du sens

2018-02-21 • Pirates et désintéressement

2018-02-20 • Matériel de détresse

2018-02-19 • Death Stars

2018-02-18 • Prétendue violation

2018-02-17 • Code et bafouille

2018-02-16 • Technologists are not apart

2018-02-15 • Winter camping gear

2018-02-14 • Skis-raquettes

2018-02-13 • Pharmacie opérationnelle

2018-02-12 • Différent·e·s et ensemble

2018-02-11 • Experience and complexity

2018-02-10 • Github’s monorepo

2018-02-09 • Show, don’t teach

2018-02-08 • Adult behavior

2018-02-07 • Social systems

2018-02-06 • Bibliothèques de Montréal

2018-02-05 • Livres et survie

2018-02-04 • Toilette du code

2018-02-03 • Dark theme

2018-02-02 • Machine failearning

2018-02-01 • Transmettre localement

2018-01-31 • Canaris climatiques

2018-01-30 • Nomades et sédentaires

2018-01-29 • Social software

2018-01-28 • Custodian of culture

2018-01-27 • Faire mémoire

2018-01-26 • Robots after all

2018-01-25 • Public responses

2018-01-24 • Re: Re: HTTPS considered harmful

2018-01-23 • Employés de la donnée

2018-01-22 • Bilingualism and elitism

2018-01-21 • La barre est haute

2018-01-20 • Groupes de discussion

2018-01-19 • Commit (hi)story

2018-01-18 • Unconditional Lifetime Warranty

2018-01-17 • Constitution d’évènement

2018-01-16 • Stratégies d’évolutions

2018-01-15 • Stimulus, JS and HTML

2018-01-14 • Communs numériques

2018-01-13 • GAFA movies

2018-01-12 • Code d’(in)conduite

2018-01-11 • Blaming others

2018-01-10 • Re: HTTPS considered harmful

2018-01-09 • Coder ou écrire

2018-01-08 • Idea × execution

2018-01-07 • Censurer l’alternative

2018-01-06 • HTTPS considered harmful

2018-01-05 • Robust JavaScript

2018-01-04 • Requiem pour un flou

2018-01-03 • Evolution vs. Revolution

2018-01-02 • Oublier Internet

2018-01-01 • Data portability