Pensées quotidiennes

2018-12-08 • xkcd theorem

For each and every behaviour on the Web, there is an existing xkcd comic.

Discovering Planet Nine. Click. Click. Click. Click. Click. Click. Click.

Biten.

2018-12-07 • Santa Zuck

He sees you when you’re sleeping
He knows when you’re awake
He knows if you’ve been bad or good
He’s Mark Zuckerberg.

Aral Balkan on Mastodon

You better watch out prior to start a revolution on Facebook, making him know that you are angry too. And selling these data accordingly. France, get ready to be disrupted (cache).

Conspiracy? Well, just bad ol’ capitalism:

No matter how Zuckerberg slices it, your data is at the center of Facebook’s business. Based on these documents, it seems that Facebook sucked up as much data as possible through “reciprocity” agreements with other apps, and shared it with insufficient regard to consequences for users. Then, after rolling back its permissive data-sharing APIs, the company apparently used privileged access to user data either as a lever to get what it wanted from other companies or as a weapon against its competitors. You are, and always have been, Facebook’s most valuable product.

New Documents Show That Facebook Has Never Deserved Your Trust (cache)

Terrific article from the EFF. Thank you.

2018-12-06 • Venom

Alerte divulgâcheur.

Ce symbiote c’est un peu l’allégorie de la vieillesse quand même :

Bon et sinon le film est nul.

Ce qui me fait prendre une résolution avant l’heure : arrêter de regarder des navets hollywoodiens ou des séries que tout le monde regarde mais surtout on n’a pas la télé car c’est mainstream… #autocritique++

D’un autre côté si je regarde trop de bushcrafteurs sur Youtube j’ai envie de passer ma vie dans la forêt !

2018-12-05 • Revenu Maximum Acceptable

Proposer une Dotation Inconditionnelle d’Autonomie (DIA) couplée à un Revenu Maximum Acceptable (RMA) s’inscrit dans la démarche proposant un outil économique, social et d’émancipation, permettant d’initier des modèles de sociétés soutenables mais aussi souhaitables. Cet outil permet ainsi d’échapper aux effets de récessions toujours plus dures supposées nous faire retrouver de la croissance.

Un Revenu Maximum Acceptable : au-delà des limites symboliques (cache)

Repoussons à six mois le reste, arrivons avec cette unique revendication.

Si simple.

2018-12-04 • Wood carving

Today, I started to carve a spoon.

A new journey.

2018-12-03 • Expérience vs. perception

Nous étions complètement dépassés par les évènements autour de nous et les standards activistes ne nous ont guère aidé. Nos petites théories étaient basées sur des assomptions qui ne reflétaient en rien ce qui se passait sous nos yeux. L’aspiration de maintenir la situation politique sous son contrôle théorique, d’avoir une explication stable sur la suite des évènements, une tendance pourtant si caractéristique dans certains groupes radicaux, est véritablement paralysante. Nos idées du ’Peuple’ et des comportements ’normaux’ sont ainsi immédiatement devenues obsolètes et il est devenu évident que nous ne connaissions pas beaucoup de gens en dehors de nos milieux. Normalement, on s’attend de quelqu’un qu’il ait une attitude politique plus ou moins claire, de telle sorte qu’une interaction ’politique’ consiste à combattre certaines idées et à en défendre d’autres qui - on l’espère - vont germer. Cela semble paternaliste et avant-gardiste, mais je crois que la plupart des radicaux pensaient ainsi - et agissent toujours de la sorte. À Maïdan, l’absolue majorité des manifestants n’avait aucune expérience politique préalable mais avait définitivement une perception politique de la situation.

les leçons de Maïdan (cache)

Le parallèle est assez frappant ici et les dangers et impasses clairement identifiés. À voir si leur documentation suffit à les éviter.

L’espoir est ténu.

2018-12-02 • Terreau de violence

Afin d’éviter des discours qui seraient mal compris ou qui généreraient de la frustration, il ne faut peut-être pas conditionner la paix pour demain à la protection de l’environnement. La possibilité pour l’humain de réduire son impact mais surtout de protéger son environnent n’a absolument jamais été vérifiée scientifiquement. (...) Aujourd’hui la protection de l’environnement se confronte à un échec massif, total. La mythologie de la protection de l’environnement est toxique, génératrice de frustration, en particulier pour les plus pauvres.

Si on leur dit qu’on prend soin d’eux en protégeant l’environnement mais que ça ne se vérifie pas dans les faits, et qu’en plus ils souffrent de la crise économique par contrainte énergétique, cette injonction paradoxale deviendra un terreau de violence, un terreau de rancoeur, potentiellement toxique pour le fonctionnement même des sociétés.

Vincent Mignerot, 6 octobre 2018

Dans le genre anticipation, il y a aussi l’interview de Juan Branco dont le passage pertinent est accessible ici.

2018-12-01 • Génies du code

Une méthode d’apprentissage illustrée de la programmation web donnant de solides bases HTML, CSS, Python et Django, à travers la réalisation d’un projet concret de A à Z, stimulant, efficace et gratifiant, et publié au bout du compte pour de vrai, sur Internet.

Apprendre un programmer en créant un site web avec Python et Django

Il est rare que je fasse de la pub mais là ça rejoint une idée que j’avais pour ce calendrier de l’Avent et l’exécution semble vraiment être au top. Ne serait-ce que pour le premier chapitre en libre accès (cache (10 Mo)) qui pourrait être une ressource d’accompagnement très utile pour transmettre les bases de HTML, ça serait chouette d’avoir une licence le permettant. Comme peut l’être par exemple Apprendre à programmer avec Python 3 (cache (6 Mo)).

Note : ah aussi, ça fait longtemps que je veux parler de ce qu’Émilie produit sans savoir où le caser…

2018-11-30 • C’s of Survivability

  1. Cutting Tool
  2. Combustion
  3. Cover
  4. Container
  5. Cordage

Expanded:

  1. Candlelight
  2. Cotton Bandana
  3. Compass
  4. Cargo Tape
  5. Canvas Needle

Custom:

  1. Saw
  2. Fishing line
  3. Wire
  4. Water filter
  5. Blister bandages

Crucial Four (order depends on context):

2018-11-29 • Mépris de classe

Je voudrais dire à mes amis et inconnus politiquement conscientisés d’êxtrême gauche, à tous ceux qui savent ce qu’est la permaculture et qui peuvent expliquer les doigts dans le nez le mécanisme de la dette grecque et de la création monétaire, à tous ceux qui réussissent à lire Friot et Lordon dans le texte et qui ne manquent aucun monde diplomatique, qui savent faire une critique pertinente des media et ont l’appli médiapart, qui ne regardent pas la télé, qui voient les films en VO et qui savent articuler l’intersectionnalité des trois dominations sexe-classe-race, bref qui sont redevables à l’école d’avoir pu cesser de croire en Dieu en découvrant Nietzsche en terminale philo, c’est à dire qui sont comme moi, que nous devrions nous méfier de ne pas ajouter du mépris de classe à la haine de classe. Et que si nous caricaturons les gilets jaunes comme des beaufs racistes, amoureux du foot et du tour de France, et incapables d’analyser ou de revendiquer plus loin que leur bouchon de réservoir, nous reproduisons la même représentation du peuple que celle que Macron a dans la tête. Nous sommes en phase. Et c’est bien parce qu’il les prend pour des crétins incultes qu’il fera l’erreur de ne pas "céder à la rue". Il les déteste, il les méprise. Et nous ?

Attention : derrière la haine de classe : le mépris de classe, Franck Lepage (intervention complète vue en image sur Twitter, copiée-collée depuis un compte Facebook et envoyé par courriel, le Web en 2018…)

Franck Lepage sait appuyer là où ça fait mal. Avec 6000 km de recul, tout cela semble pour l’instant orchestré de main de maître…

2018-11-28 • Se radicaliser

Je ne plaide donc pas pour que la critique de l’écologie majoritaire soit moins vive. Mais la radicalité ne doit pas consister, seul clairvoyant, à moquer la bêtise universelle et à mépriser les mobilisations citoyennes toujours trop naïves et inoffensives. Être radical c’est plutôt réussir à inquiéter les positions inabouties de l’écologie dominante, trouver les voies pour la contraindre à s’auto-critiquer et à se dépasser. C’est donc aussi accepter de descendre humblement dans les effets désordonnés de mobilisations encore balbutiantes, et en tirer ce qui peut l’être pour pousser les modérés à affronter leurs potentielles contradictions.

La ZAD et le Colibri : deux écologies irréconciliables ? (cache)

Poursuivre avec :

Les socialistes décroissants devraient s’efforcer d’être plus réalistes sur ces questions. Nous vivons sur une planète finie. L’histoire de l’industrialisme fait bien ressortir ces limites. La production d’acier n’est pas soutenable. Ni la production d’aucun autre des matériaux qui sont cruciaux pour ces technologies « vertes ». Il ne s’agit pas d’une idée, mais de la réalité physique.

Une société high-tech, écologiste et post-capitaliste, c’est un fantasme. Il nous faut comprendre ce qui est soutenable, et ce qui ne l’est pas. Les usines ne sont pas des techniques soutenables, qu’elles produisent des 4×4 ou des bus électriques. La production industrielle d’électricité n’est pas soutenable. J’ai organisé un évènement il y a des années, avec la chef Caleen Sis, de la tribu des Winnemem Wintu. Elle a grandi sans électricité sur des terres indiennes, et elle nous a rappelé que « l’électricité est une commodité. On peut vivre sans électricité, on ne peut pas vivre sans de l’eau propre. » J’ai bien étudié le sujet et je ne vois aucun moyen de produire de l’électricité, sur le long terme, sans empoisonner l’eau et détruire les sols.

Les scientifiques et les technoprophètes peuvent fantasmer tant qu’ils veulent sur les énergies « vertes » et sur un futur « renouvelable », mais lorsqu’on analyse le cycle de vie complet de ces technologies, on se rend compte qu’elles ne sont pas différentes des autres atrocités qui détruisent la planète. Je ne crois donc pas que la technologie nous sauvera. Le meilleur scénario que je puisse imaginer, c’est une révolution qui aboutirait au démantèlement du capitalisme. Pour cela, nous devons sans relâche nous atteler à partager et échanger des connaissances sur la réalité des limites écologiques et sur ce que nous allons devoir faire.

« La décroissance doit être une lutte révolutionnaire » (un entretien avec Max Wilbert) (cache)

Terminer avec (via Christian Fauré) :

  1. Le pouvoir n’est pas seulement ce que vous avez, mais également ce que l’ennemi croit que vous avez.
  2. Ne sortez jamais des champs d’expérience de votre groupe.
  3. Sortez du champ d’expérience de l’ennemi chaque fois que c’est possible.
  4. Forcez l’ennemi à suivre à la lettre son propre code de conduite.
  5. Le ridicule est l’arme la plus puissante dont l’homme dispose.
  6. Une tactique n’est bonne que si vos militants ont du plaisir à l’appliquer.
  7. Une tactique qui traîne trop en longueur devient pesante.
  8. Maintenir la pression, par différentes tactiques ou opérations, et utiliser à votre profit tous les événements du moment.
  9. La menace effraie généralement davantage que l’action elle-même.
  10. Le principe fondamental d’une tactique, c’est de faire en sorte que les événements évoluent de façon à maintenir sur l’opposition une pression permanente qui provoquera ses réactions.
  11. En poussant suffisamment loin un handicap, on en fait un atout.
  12. Une attaque ne peut réussir que si vous avez une solution de rechange toute prête et constructive.
  13. Il faut choisir sa cible, la figer, la personnaliser et polariser l’attention sur elle au maximum.
  14. Le choix d’une cible ne doit pas être abstrait ou général, mais doit représenter une personne bien précise.

Être Radical, Saul Alinsky, 1971

Il y a un moment où il va falloir commencer à agir quand même. Peut-on encore libérer la nourriture qui été mise sous clé ? Quel rôle avoir dans ces actions ?

À quel point communiquer dessus ?

2018-11-27 • Une seule génération

— Comment arrêter ça ?
— En apprenant quelque chose de différent, Julie. En refusant d’enseigner à tes enfants comment être prisonniers. En brisant le moule. C’est pourquoi, quand les gens me demandent ce qu’il faut faire, je dis : « Apprenez à d’autres ce que vous avez appris ici. » Trop souvent, ils répliquent : « C’est très joli, mais que sommes-nous censés faire ? » Quand six milliards d’entre vous refuseront d’apprendre à leurs enfants comment être prisonniers de la culture de Ceux-qui-prennent, ce cauchemar qui est le vôtre disparaîtra en une seule génération. Sans votre soutien, il ne peut pas continuer. Votre culture n’a pas d’existence propre en dehors de vous, et si vous cessez de la transmettre, elle s’éteindra d’elle-même, comme une flamme qui ne trouve plus de combustible.

Professeur cherche élève ayant désir de sauver le monde, Daniel Quinn

C’est ce qui me motive depuis cinq ans, savoir qu’une génération suffit si l’on réussi à aller à contre-culture. C’est ce à quoi je me raccroche pour ne pas m’écrouler quant à la responsabilité qui m’incombe d’avoir mis un être au monde. Ce qui signifie se marginaliser et trouver d’autres façon de socialiser non fondées sur la compétition et la séduction. C’est un chemin très hasardeux et difficile à soutenir, d’autant qu’il est forcément imposé/choisi par les parents.

C’est aussi la plus belle des expériences.

2018-11-26 • Playing with fire

Abrupt climate change is a third reason. Summer is hotter and drier now. What worked well for the entire Holocene epoch doesn’t necessarily work at all in the Anthropocene. And the ideal forest strategy in 2018’s climate will not be ideal in 2068’s, at least the way we’re going. So it comes back to taking carbon out of the air. I think this must be one reason the Californian fires are especially fearsome to many Americans: because the idea of California is often subtly an idea of the future.

6, 90: Sauce (cache)

Meanwhile:

Thirty years ago, some believed that warmer temperatures would expand the field of play, turning the Arctic into the new Midwest. As Rex Tillerson, then the C.E.O. of Exxon, cheerfully put it in 2012, “Changes to weather patterns that move crop production areas around—we’ll adapt to that.” But there is no rich topsoil in the far North; instead, the ground is underlaid with permafrost, which can be found beneath a fifth of the Northern Hemisphere. As the permafrost melts, it releases more carbon into the atmosphere. The thawing layer cracks roads, tilts houses, and uproots trees to create what scientists call “drunken forests.” Ninety scientists who released a joint report in 2017 concluded that economic losses from a warming Arctic could approach ninety trillion dollars in the course of the century, considerably outweighing whatever savings may have resulted from shorter shipping routes as the Northwest Passage unfreezes.

[…]

An investigation by the L.A. Times revealed that Exxon executives took these warnings seriously. Ken Croasdale, a senior researcher for the company’s Canadian subsidiary, led a team that investigated the positive and negative effects of warming on Exxon’s Arctic operations. In 1991, he found that greenhouse gases were rising due to the burning of fossil fuels. “Nobody disputes this fact,” he said. The following year, he wrote that “global warming can only help lower exploration and development costs” in the Beaufort Sea. Drilling season in the Arctic, he correctly predicted, would increase from two months to as many as five months. At the same time, he said, the rise in the sea level could threaten onshore infrastructure and create bigger waves that would damage offshore drilling structures. Thawing permafrost could make the earth buckle and slide under buildings and pipelines. As a result of these findings, Exxon and other major oil companies began laying plans to move into the Arctic, and started to build their new drilling platforms with higher decks, to compensate for the anticipated rises in sea level.

[…]

The implications of the exposés were startling. Not only did Exxon and other companies know that scientists like Hansen were right; they used his NASA climate models to figure out how low their drilling costs in the Arctic would eventually fall. Had Exxon and its peers passed on what they knew to the public, geological history would look very different today.

How Extreme Weather Is Shrinking the Planet (cache)

Can we turn the World off and on again?

2018-11-25 • Limiter les dégâts

— Chez les peuples tribaux, on ne trouve pas de lois interdisant un comportement perturbateur. Selon l’esprit tribal, ce serait une ineptie. Mais il existe des règles visant à limiter les dégâts provoqués par tel ou tel comportement perturbateur. Par exemple, aucun peuple tribal ne concevra jamais une loi interdisant l’adultère, mais il prescrira des mesures à suivre en cas d’adultère, limitant les dégâts causés par cet acte d’infidélité qui offense non seulement l’époux ou l’épouse, mais la communauté toute entière en dépréciant le mariage aux yeux des enfants. De nouveau, l’objectif n’est pas de punir, mais de réparer et d’apaiser les esprits, de sorte que tout retourne à la normale autant que faire se peut. Il en va de même pour l’agression. Selon l’esprit tribal, il ne sert à rien de dire aux gens : « On ne doit jamais se battre. » Ce qui n’est pas vain, en revanche, c’est de savoir précisément quelle est la meilleure chose à faire lorsqu’il y a eu combat, de sorte que chacun s’en tire sans trop de dommages. Je voudrais que tu comprennes à quel point cette démarche et ses effets sont différents de ceux de vos propres lois qui, au lieu de limiter les dégâts, les augmentent et les multiplient, et cela, à travers tout le paysage social, détruisant les familles, ruinant les vies et laissant aux victimes le soin de panser leurs blessures.
— […]
— […] Selon l’esprit tribal, il est stupide de formuler une loi dont on sait qu’elle sera transgressée. Cela ne ferait que discréditer l’idée même de loi. Or, de toute loi qui se présente sous la forme Tu ne feras pas cela, on sait qu’elle sera transgressée, peu importe ce qui suit. Tu ne tueras point, tu ne mentiras point, tu ne commettras pas l’adultère, tu ne voleras point, tu n’offenseras pas… Comme les peuples tribaux ne perdaient pas de temps à concevoir des lois dont ils savaient pertinemment qu’elles ne seraient pas respectées, la désobéissance ne leur posait pas de problème. La loi tribale ne proscrivait pas la méchanceté ni la tromperie, elle établissait des manières de réparer les torts qui en résultaient, de sorte que les gens étaient content de lui obéir. Pourquoi violer une loi qui leur était bénéfique ? Mais depuis le tout début, la loi de Ceux-qui-prennent est une accumulation de règles dont on sait qu’elles seront violées, et elles l’ont été immanquablement jour après jour pendant dix mille ans.

Professeur cherche élève ayant désir de sauver le monde, Daniel Quinn

Je trouve que le dialogue est une forme de transmission des réflexions internes extrêmement pertinente, il faut que j’expérimente cette façon d’écrire. Peu à peu, le mode de publication pour l’année prochaine prend forme.

Comme pressenti, ce livre est une petite pépite.

2018-11-24 • Sujet sensible

Seriez-vous prêt à faire une croix sur votre prochain voyage à Paris ? En matière de gaz à effet de serre (GES), chaque vol transatlantique crache par passager l’équivalent de 60 % des émissions produites par l’usage annuel d’une voiture. Mauvaise nouvelle, une virée dans la Ville Lumière et les bénéfices « carbone » réalisés par une personne végétarienne en un an viennent de s’envoler en fumée.

Pour le climat, seriez-vous prêt à sacrifier vos voyages en avion? (cache)

Lorsqu’on habite à 6000 km de sa famille et de ses amis, cette question prend une importance non négligeable. J’ai beau ne pas avoir de voiture et manger très peu de viande, il y a des incohérences flagrantes à prendre et/ou faire prendre l’avion.

L’expatriation — fut-elle choisie — apporte son lot de contradictions à divers niveaux…

2018-11-23 • Vendredi fou

La consommation, beaucoup la réduisent déjà parce qu’ils n’ont pas le choix. Mais d’autres peuvent le faire aussi. Si je ne peux me joindre aux manifestations de rue, voici une action à laquelle je peux participer. Je consomme déjà peu, mais je peux me radicaliser, en limitant encore davantage ma consommation, jusqu’au strict nécessaire, et en le faisant savoir en témoignant ici pour vous inviter à faire de même. Oui, je m’engage dans une grève de consommation accrue, volontaire et durable.

Grève de la consommation (cache)

Un truc que j’ai envie de faire depuis longtemps est le pendant à l’unboxing, ce moment où tu en arrives à jeter/réparer un truc qui t’as tellement bien servi qu’il en est devenu inutilisable. Ce qui permettrait deux choses :

À creuser.

Note : le « Vendredi fou » est la traduction du « Black Friday » par ici.

Karl m’invite à lire un billet du Standblog (cache) à ce sujet… vieux de 10 ans. L’article d’origine n’aura pas résisté à l’épreuve du temps.

2018-11-22 • Emojis and evolution

Speaking on Emoji Wrap in 2016, Google product manager Agustin Fonts was cautious about changing the Android gun emoji to match Apple’s new fluorescent green design, noting that they “want to be as compatible with other systems as possible”.

Google Updates Gun Emoji (cache)

Besides the cultural bias (cache) inherent to the interpretation of emojis themselves, be aware that the choices to represent these characters one way or the many others are left to operating systems companies and may completely change the conveyed message across time and platforms.

Explicitness and perenialty are a constant challenge.

2018-11-21 • Petits outils macOS

Quelques outils utilisés au quotidien et qui méritent d’être partagés :

2018-11-20 • Safe qui peut

La performativité ne marche pas, dire des choses ne suffit pas à les faire exister. C’est vrai qu’une des stratégies, pour contrer l’invisibilisation de certains comportements oppressants/systèmes d’oppression/situations d’agression, peut être celle de nommer tout ça. Par exemple ça montre qu’il y a une volonté d’y faire attention et ça peut permettre à des personnes qui sont confronté à des situations d’agression et/ou d’oppression de se sentir plus légitimes d’en parler. Mais il faut aussi être conscient-e que ça ne suffit pas pour les faire disparaître. C’est à tout le monde de prendre en charge et de se responsabiliser pour empêcher que des comportements oppressants/ situations d’agression aient lieu et pour réagir quand illes ont lieu. Au-delà même de savoir s’il est possible de créer des « espaces safe », est-ce seulement intéressant ? Si on entend par le mot safe la recherche d’espaces confortables et sans confrontation parce que c’est plus facile et reposant, on a envie de questionner ce désir. On trouve que cette aspiration est souvent motivée par des mécanismes de protection qui font qu’on désire des espaces-temps où rien ne pourrait nous atteindre ou surprendre, où on serait protégé-e-s et en sécurité par rapport à des « attaques extérieures », comme si on voulait créer un espace idéal où tout serait parfait. Tout ça, ça nous renvoie aussi à des espaces policés où tout serait « sous contrôle », alors on a du mal à voir ce qu’il y aurait d’intéressant.

Les « espaces safe » nous font violence ? (cache)

Beaucoup de tiraillements personnels en ce moment entre la fuite et la confrontation, l’échange et l’(auto-)protection, la ré-acquisition d’un milieu ou son abandon. À se demander si le seul espace safe qui soit est l’isolement complet, au risque de réveiller d’autres démons internes.

J’apprécie l’intervention d’Audrey Neveu qui parle du superpouvoir des privilégiés. Transformer cette confiance en soi et cette estime des pairs/semblables en énergie pour prendre le relais des personnes fatiguées. Toute la difficulté réside dans la finesse du maintient d’un dialogue afin d’éviter que chacun·e reparte dans son coin sans avoir grandi·e.

Au risque de ne pas être allé suffisamment loin au regard de l’énergie investie.

2018-11-19 • Email encryption

Now we know of course about state-level actors spying on the internet traffic, at least since 2013 there is no denying. So there has been tremendous success in deprecating unencrypted HTTP traffic. Shouldn’t the same be done for emails?

Sure, but I just don’t see it happen by means of individual certificates. Even the tech crowd is struggling when it comes to mobile email usage. As to the rest of the world, good luck explaining them why they need to jump through so many hoops, starting with why webmail is a bad choice. In fact, we considered rolling out email encryption throughout a single company and had to give up. The setup was simply too complicated and limited the possible use cases too much.

As far as I’m concerned, email signing/encryption is dead (cache)

I am using the GPG Suite on macOS and I have to agree that every OS update is painful mostly because of Apple. Most of the time, it’s even the blocking point for my update because I need my few encrypted emails to remain readable.

I’m still wondering if that’s a lack of concern or deliberately intentional. No conspiracy here but privacy is some part of their business competitive advantage and they will sooner or later use it natively for good old emails.

Just a guess.

2018-11-18 • Spontanéité et algorithmes

Petite réflexion inspirée de la manifestation qui fait l’actualité : j’entends dire qu’une telle manifestation est spontanée, qu’elle est auto-organisée, que c’est une nouvelle ère de la possibilité de contestation et de la politique. J’entends aussi dire que des partis politiques traditionnels voudraient récupérer ce mouvement, mais qu’ils sont à la peine, comme débordés.

Au temps des réseaux sociaux, n’oublions pas que la spontanéité dépend des timelines algorithmiques, et la contestation de ce qui est donné à voir à travers les bulles de filtres. N’oublions pas que tout ce qui permet au champ social de s’organiser est par définition politique.

N’oublions pas que les réseaux sociaux ne sont pas neutres, mais imprégnés dès leur conception d’une idéologie spécifique qui, si elle oscille entre libertarisme et censure, a le plus souvent comme point de mire l’influence et l’exploitation des désirs de l’ego.

Ne nous mentons pas : les réseaux sociaux sont bel et bien un parti politique qui structure toutes ces manifestations. Qu’il soit hors de portée de la perception de ceux qu’il anime est très inquiétant : déterminés par une cause qu’ils ignorent, ils sont tout sauf libres. Or, la politique de nos démocraties repose sur la liberté individuelle.

Aurélien sur Mastodon

Sommes-nous encore capable de libre arbitre en étant connectés ? Sommes-nous juste capable de liberté individuelle en étant socialisés ? Serions-nous même capables de penser sans avoir été influencés ?

La réponse ne peut être que « non » ;-).

Réponse d’Aurélien :

Quelle autre liberté que celle qui s’exprime dans un espace relationnel ? Ainsi définie, autrui n’est-il pas tout autant la condition de ma liberté que celui face auquel elle s’échoue ? Les "autruis" multiples qui, en la circonscrivant, font apparaitre le périmètre qui n’est qu’à moi ne sont-ils pas les garants de ma liberté en même temps que ses gardiens ?

Et à quoi donc inciterait ce périmètre, cette marge de manœuvre, cette souveraineté irréductible d’un royaume isolé, cette latitude tragique à investir, sinon à la rencontre (Lévinas) et à l’engagement, qui n’est pas le renoncement à la liberté, mais son dépassement/accomplissement ? (cf. sphère éthique de Kierkegaard par ex.)

2018-11-17 • Gilets jaunes

Si la voiture doit prévaloir, il reste une seule solution : supprimer les villes, c’est-à-dire les étaler sur des centaines de kilomètres, le long de voies monumentales, de banlieues autoroutières. C’est ce qu’on a fait aux Etats-Unis. Ivan Illich (Energie et Equité. Ed. Le Seuil ) en résume le résultat en ces chiffres saisissants : « L’Américain type consacre plus de mille cinq cents heures par an (soit trente heures par semaine, ou encore quatre heures par jour, dimanche compris) à sa voiture : cela comprend les heures qu’il passe derrière le volant, en marche ou à l’arrêt ; les heures de travail nécessaires pour la payer et pour payer l’essence, les pneus, les péages, l’assurance, les contraventions et impôts… A cet Américain, il faut donc mille cinq cents heures pour faire (dans l’année) 10 000 km. Six km lui prennent une heure. Dans les pays privés d’industrie des transports, les gens se déplacent à exactement cette même vitesse en allant à pied, avec l’avantage supplémentaire qu’ils peuvent aller n’importe où et pas seulement le long des routes asphaltées. »

[…]

« Les usagers, écrit Illich, briseront les chaînes du transport surpuissant lorsqu’ils se remettront à aimer comme un territoire leur îlot de circulation, et à redouter de s’en éloigner trop souvent. » Mais, précisément, pour pouvoir aimer « son territoire », il faudra d’abord qu’il soit rendu habitable et non pas circulable : que le quartier ou la commune redevienne le microcosme modelé par et pour toutes les activités humaines, où les gens travaillent, habitent, se détendent, s’instruisent, communiquent, s’ébrouent et gèrent en commun le milieu de leur vie commune. Comme on lui demandait une fois ce que les gens allaient faire de leur temps, après la révolution, quand le gaspillage capitaliste sera aboli, Marcuse répondit : « Nous allons détruire les grandes villes et en construire de nouvelles. Ça nous occupera un moment. »

L’idéologie sociale de la bagnole (André Gorz, 1973) (cache)

Pas. Une. Ride.

2018-11-16 • Enzo

Ce message est une invitation. La proposition d’emprunter un chemin qui pourrait changer ta façon de penser. Une voie que j’ai suivie et que je suis toujours en train d’explorer. Une voie sinueuse qui passe par l’incompréhension, le rejet mais aussi par l’écoute et la prise de conscience que d’autres personnes ressentent d’autres émotions. Que leurs différences les oblige à changer leurs comportements pour ne pas être davantage blessées, usées. Une voie pour leur donner de la voix.

Tu ne serais pas seul, nous sommes nombreux sur ce chemin à pouvoir t’aider au cours de ta progression. La quête est longue mais elle offre les clés pour ouvrir les portes de la compassion et du respect. C’est un beau sentier et je suis enthousiaste à l’idée que d’autres personnes le rejoignent. Je m’aperçois au fil de ma progression qu’il ne s’agit pas d’un unique tracé mais d’un réseau, avec parfois des raccourcis, d’autres fois des éboulis, chacun s’adaptant avec la sensibilité qui lui est propre pour tenter de rester cohérent.

J’espère qu’un jour, en passant un col, tu regarderas le message que tu as posté avec des regrets en comprenant la violence qu’il a pu contenir. Mais tu esquisseras aussi un sourire à demi caché en songeant à tout le chemin parcouru pour en arriver là.

Et tu seras peut-être joyeux de pouvoir orienter à ton tour d’autres personnes.

2018-11-15 • Et pourtant

J’ai définitivement une réticence aux systèmes qui reposent sur les services distants : Heroku, AWS et consorts. Plus je les utilise et plus je trouve cela contraignant… Et pourtant, comme je ne suis pas à une contradiction près, j’utilise GitHub et mon serveur est hébergé sur la plateforme Gandi. Je ne sais pas bien pourquoi, mais j’ai toujours un désir de rapatrier tout cela à la maison, sur un serveur local. Et même si en quelque sorte cela entraîne une autre fragilité ou d’autres types de contraintes. Et pourtant la mutualisation de ressources représente probablement un gain écologique en évitant de répéter les mêmes systèmes un peu partout. Et pourtant, la mutualisation n’est pas toujours bonne non plus, comme le plantage de GitHub pendant 24h récemment.

Automne enfoui (cache)

Et pourtant, il existe des technologies pour ne pas centraliser l’hébergement. Et pourtant, le pair-à-pair est un gouffre énergétique. Et pourtant, on pourrait héberger cela avec des énergies renouvelables (cache), c’est même bien documenté (cache) et il y a un thème dédié. Et pourtant, les panneaux solaires utilisent des ressources rares dont l’extraction / transport / recyclage sont polluantes. Et pourtant, j’aimerais pouvoir continuer à échanger des choses même en étant isolé dans la forêt. Et pourtant, un réseau d’une telle ampleur n’est pas soutenable.

Et pourtant, je partage ces mots qui ne peuvent qu’aggraver mes contr-addictions.

2018-11-14 • Invitez des jeunes

Voilà donc la fin de ce retour d’expérience : je n’ai pas vraiment de conclusion, car je ne sais pas si on peut tirer de généralités de mon expérience personnelle ; mais surtout parce que mon chemin est loin d’être fini : je continue d’apprendre chaque jour.

Mais quand même, juste un truc : si vous en avez l’occasion, invitez des jeunes à des conférences, c’est l’occasion de planter des graines qui pourront germer dans le futur 🙂

De dev à UX designer : reconversion d’une convertie (cache)

Superbe récit d’une reconversion. Parfois une simple invitation permet de changer une vie…

2018-11-13 • Règles de base

— […] Au lieu d’essayer d’expliquer ce mot en l’isolant de son contexte, je vais tenter de te faire comprendre ce que j’entends quand je parle de « ta culture ». D’accord ?
— Ça me va.
— En fait, pour simplifier encore, je vais te donner deux règles de base te permettant d’identifier les gens de ta culture. Voici l’une d’elles. Si la nourriture appartient toujours à quelqu’un et qu’elle est gardée sous clef, c’est que tu te trouves parmi eux.
— […]
— Voici une autre règle fondamentale dont tu peux te servir pour reconnaître ceux de ta culture : ils croient appartenir à une race d’essence imparfaite, condamnée à la souffrance et au malheur. Comme ils se sentent bourrés de défauts et voués à l’échec, ils pensent que la sagesse est une denrée rare, difficile à acquérir. Il leur parait normal de vivre dans la pauvreté, l’injustice et le crime, de rendre leur planète inhabitable et que leurs gouvernements soient des profiteurs égoïstes et corrompus. Ils peuvent s’en indigner, mais ils n’en sont pas surpris, cela leur semble aller de soi, comme de mettre la nourriture sous clef.

Professeur cherche élève ayant désir de sauver le monde, Daniel Quinn

Il commence fort ce livre.

2018-11-12 • APIs & evolutions

If you keep these covenants with your creature, you’ll be a responsible creator deity. Your creature’s body can evolve over time, forever improving and adapting to changes in its environment, but without sudden changes the creature isn’t prepared for. If you maintain a library, keep these promises to your users, and you can innovate your library without breaking the code of the people who rely on you.

API Evolution the Right Way (cache)

A lot of very good advices applied to Python. Something to consider when you are about to break an API. I am learning so much from taking a look at a lower level, there is beauty in Roll.

Actually, not in Roll itself but in the way it is being conceived.

2018-11-11 • Générateur statique

Je suis très tenté de reprendre une mon weblog/site, mais je me pose une question :

Pourquoi utiliser un générateur de site statique ? pourquoi pas avoir une page html, avec son propre style éventuellement ?

J'imagine un confort pour la gestion des flux et page d'index; j'envisage également que c'est plus confortable de faire du markdown ?

Je me demande quel chaine de publication utiliser @dav ou Karl Dubost

J'aime particulièrement le fait que les pages que Karl à écrit avec un style garde ce style dans le temps, même si les nouvelles pages changent de style...

Yannick François (cache)

Je me pose assez souvent cette question donc je vais profiter de l’occasion pour essayer de mettre des mots dessus.

J’aime aussi le fait de pouvoir remonter le temps dans la grange et que la patine soit visible pour les personnes qui le savent. C’est quelque chose que j’avais envisagé ici et que j’applique depuis quelques temps avec des rendus différents pour les vieilles archives ou les expérimentations par exemple. Je ne suis pas sûr que ça soit lié à un générateur ou pas, ici il m’a suffit de changer de gabarits au fil des ans. Par contre à l’inverse sans générateur il est plus compliqué de vouloir uniformiser à un moment donné (ça n’est pas infaisable pour autant si la structure de son HTML est propre).

La puissance d’un générateur est de pouvoir corriger / améliorer de manière choisie / globale l’espace de publication. C’est un privilège de développeur et si je n’avais pas cette connaissance, s’en tenir à du HTML bien lié serait probablement une meilleure option en terme de pérennité. Mais ça veut dire aussi au moins faire un flux avec les bons échappements de caractères spéciaux ce qui devient un peu moins accessible. Il pourrait y avoir un petit script qui fait juste ça… mais alors pourquoi ne pas en profiter pour faire un index aussi. Oh et un sitemap ? On a vite fait d’aller plus loin sans même s’en rendre compte :-).

Au sujet de markdown maintenant, j’aime la lisibilité que cela procure au moment de la rédaction. J’utilise iA Writer qui me permet d’avoir juste ce qu’il faut d’options pour rendre l’écriture fluide. Je pourrais probablement recréer cela avec un SublimeText bien configuré mais je vois l’intérêt aussi de décorréler les deux activités. Deux espaces, deux façons de penser. Après je vois aussi les limites d’une syntaxe simpliste qui ne permet pas de faire certaines différences importantes (cache) dans la sémantique HTML. Et je ne parle même pas de la complexité à faire des citations qui soient correctes (j’ai renoncé…).

J’ai longtemps eu le projet de faire un script qui justement ne fait que l’index et le flux associé. Mais à chaque fois je butte sur la configuration d’un tel générateur et la gestion de ses dépendances pour le rendre accessible à tous. Le compromis mou classique qui se transforme en vaporware. Dans l’idéal il faudrait que le code soit compréhensible et modifiable par une personne qui l’utilise afin d’en faire un outil convivial. Ça me remotiverait presque d’en parler ! Ou pas.

2018-11-10 • Littératie numérique

En fait l’un des buts de la littératie numérique c’est de comprendre que certaines décisions, certaines opinions, ont l’air techniques comme ça parce qu’il y a des mots techniques dedans, mais sont en fait, derrière, de la politique.

Web et vie privée - Stéphane Bortzmeyer (cache)

Difficile de trouver la meilleure manière de transmettre des savoirs techniques afin de mettre en capacité d’autres personnes d’avoir une réflexion politique éclairée sur le sujet. Beaucoup trop de croyances et d’approximations circulent pour pouvoir remettre les choses à plat sans que cela prenne un temps rédhibitoire, autant pour l’assistance que pour le connaisseur.

Une idée : passer par les écoles, non pas pour conseiller les enfants mais pour sensibiliser les parents par itérations. Il faut que je creuse ça, autant sur la forme que sur le fond.

2018-11-09 • S’excuser

2018-11-08 • Questions de base

2018-11-07 • Rythme in·soutenable

2018-11-06 • Collapsosophie

2018-11-05 • Revenu universel ou gratuité

2018-11-04 • Thirty years

2018-11-03 • Soigner le présent

2018-11-02 • Clans et élitisme

2018-11-01 • Écologistes et douches

2018-10-31 • Et si

2018-10-30 • Publication et cohérence

2018-10-29 • Devoir de conscience

2018-10-28 • Vidéo et esthétique

2018-10-27 • Sensibilité et oppressions

2018-10-26 • Voting machines

2018-10-25 • Éthique et culture

2018-10-24 • Cost-cutting

2018-10-23 • One hundred companies

2018-10-22 • Anthropocide

2018-10-21 • Agnotologie

2018-10-20 • Hygiène et numérique

2018-10-19 • Hack-first

2018-10-18 • Potentialités inabouties

2018-10-17 • À nous la ville

2018-10-16 • Députés et commissaires

2018-10-15 • Confédération communale

2018-10-14 • Enracinement

2018-10-13 • Diffuser critiquement

2018-10-12 • Web sémantique

2018-10-11 • The Future of Opendata

2018-10-10 • Sobriété et cohérence

2018-10-09 • Agnosticisme économique

2018-10-08 • Maintenance and responsibility

2018-10-07 • Culture du quotidien

2018-10-06 • Milieux de vie

2018-10-05 • Festival de la décroissance Montréal

2018-10-04 • Autarcie et déliaison

2018-10-03 • To hell or utopia?

2018-10-02 • Tests et biais

2018-10-01 • Abécédaire

2018-09-30 • Enchantment of colours

2018-09-29 • NomadConf Canada

2018-09-28 • Être immigré

2018-09-27 • Démocratie et justice

2018-09-26 • Soft skills

2018-09-25 • Être heureux

2018-09-24 • Rareté du travail

2018-09-23 • Soumission inconsciente

2018-09-22 • Technopolitique

2018-09-21 • Digital preservation

2018-09-20 • Something right

2018-09-19 • Technology and control

2018-09-18 • Troubadours modernes

2018-09-17 • Hard truth

2018-09-16 • Coup d’Éclat

2018-09-15 • Remettre en question

2018-09-14 • Commun·e

2018-09-13 • (Sur)Vivre

2018-09-12 • By default

2018-09-11 • Memories and stories

2018-09-10 • Notes de lecture

2018-09-09 • Douleur enfouie

2018-09-08 • Dependencies and governments

2018-09-07 • Rêves inatteignables

2018-09-06 • Équilibre

2018-09-05 • (Im)Mor(t)alité

2018-09-04 • Moment propice

2018-09-03 • Libérer les humains

2018-09-02 • Terra Perma

2018-09-01 • En devenir

2018-08-31 • Deplorable

2018-08-30 • État de l’art

2018-08-29 • Confiance et politique

2018-08-28 • Collaborer ou renverser

2018-08-27 • It only takes one

2018-08-26 • The cost of connections

2018-08-25 • Tours de poteau

2018-08-24 • Faire partie de la solution

2018-08-23 • Moving in alignment

2018-08-22 • Serment d’Hippocrate

2018-08-21 • Better informed

2018-08-20 • Qualité poétique

2018-08-19 • Conditions de subsistance

2018-08-18 • Ni bien-être ni paix

2018-08-17 • Acroissance

2018-08-16 • Water is being stolen

2018-08-15 • Modern slavery

2018-08-14 • Three pillars

2018-08-13 • Choix de publication

2018-08-12 • Do No Harm License

2018-08-11 • The History of the Web

2018-08-10 • Tout en noir

2018-08-09 • Read/write Web

2018-08-08 • Subordination forte

2018-08-07 • Aveuglé

2018-08-06 • Multipotentialite

2018-08-05 • Listening to my body

2018-08-04 • Ruissèlement de la domination

2018-08-03 • Removing tracking

2018-08-02 • Slow trail

2018-08-01 • Documentation of my research

2018-07-31 • Lâcher prise

2018-07-30 • Harcèlement ordinaire

2018-07-29 • Worthwhile to say

2018-07-28 • Invités à écouter

2018-07-27 • Stimuler la contradiction

2018-07-26 • Definition for unschooling

2018-07-25 • Places aux silences

2018-07-24 • Popularity & activism

2018-07-23 • Merci Boris

2018-07-22 • Bushcraft chair

2018-07-21 • Pharmakon

2018-07-20 • Théorème de Matrix

2018-07-19 • Pogner un citron

2018-07-18 • Un peu troublant

2018-07-17 • Conflits structurels

2018-07-16 • Open desk

2018-07-15 • Liesse nationaliste

2018-07-14 • Mauvaise conscience

2018-07-13 • Not buying it

2018-07-12 • BDNFL

2018-07-11 • Newbie issues

2018-07-10 • Because of the numbers

2018-07-09 • Fin du game

2018-07-08 • Make it

2018-07-07 • VANcouver

2018-07-06 • Swimming smooth

2018-07-05 • Keeping food safe

2018-07-04 • Fighting mosquitoes

2018-07-03 • Tragédie du libre accès

2018-07-02 • Super dumb

2018-07-01 • Pot commun

2018-06-30 • Colonies et nazisme

2018-06-29 • Collective mentality

2018-06-28 • Bug-out drive

2018-06-27 • Si cher

2018-06-26 • Educate yourself (or not)

2018-06-25 • Jeu de fantômes

2018-06-24 • Coachs et jésuites

2018-06-23 • The story of a person

2018-06-22 • Paying attention

2018-06-21 • Anything Ameri^WRussian

2018-06-20 • Spiritualité et mystère

2018-06-19 • Journalists or entertainers

2018-06-18 • The Amish and cars

2018-06-17 • Agile and ethics

2018-06-16 • Human value(s)

2018-06-15 • Luddites

2018-06-14 • For intérieur

2018-06-13 • Effondrement et récit(s)

2018-06-12 • Simulation inverse

2018-06-11 • Communauté intentionnelle

2018-06-10 • Municipalisme libertaire

2018-06-09 • Diversity problem

2018-06-08 • Frontière du danger

2018-06-07 • Ready to go

2018-06-06 • Moment historique

2018-06-05 • Livre et consommation

2018-06-04 • Confort et centralisation

2018-06-03 • Foi et mystique

2018-06-02 • Démocratie(s) et échelle(s)

2018-06-01 • Technical readings

2018-05-31 • Stupides marteaux

2018-05-30 • Stack punk

2018-05-29 • All wrong

2018-05-28 • Économie et entropie

2018-05-27 • Web We Can Afford

2018-05-26 • Pensée futile

2018-05-25 • Fausses nouvelles

2018-05-24 • Aggregators vs. Platforms

2018-05-23 • Level of ease

2018-05-22 • Pair-à-peers

2018-05-21 • Incurie et dépendances

2018-05-20 • Wasting time

2018-05-19 • Python dataclasses

2018-05-18 • Traces

2018-05-17 • Choix d’un métier

2018-05-16 • Solastalgia

2018-05-15 • The next position

2018-05-14 • Accueillir les émotions

2018-05-13 • Personal manifesto

2018-05-12 • Self-doubt

2018-05-11 • REconomie

2018-05-10 • Consommation tangible

2018-05-09 • Résilience locale

2018-05-08 • Physical networks

2018-05-07 • Control vs. Care

2018-05-06 • Compromised safety

2018-05-05 • Criminal drones

2018-05-04 • Programme politique

2018-05-03 • Worse place

2018-05-02 • Power dynamics

2018-05-01 • Word-of-mouth

2018-04-30 • ÉCRiDiL 2018

2018-04-29 • Kill the conference

2018-04-28 • Wood stove

2018-04-27 • (Pacer)poles review

2018-04-26 • Issues & labels

2018-04-25 • Déficit démocratique

2018-04-24 • Algorithm Free

2018-04-23 • Mauvais pauvres

2018-04-22 • Speed of usefulness

2018-04-21 • GDPR & nightmare

2018-04-20 • Adaptation & Transformation

2018-04-19 • Governance & engagement

2018-04-18 • Apple & Web Apps

2018-04-17 • Orientation et boussole

2018-04-16 • Scrum master

2018-04-15 • Cache workers

2018-04-14 • Petit rappel

2018-04-13 • Decentralization theory

2018-04-12 • Graded browser support

2018-04-11 • Arnaqueur senior

2018-04-10 • Speed and tools

2018-04-09 • Documentation d’itinérance

2018-04-08 • Strong opinions

2018-04-07 • Tourner en spirale

2018-04-06 • Mind the gap

2018-04-05 • DNS and privacy

2018-04-04 • Pourquoi

2018-04-03 • Happy developer

2018-04-02 • Seasonal structures

2018-04-01 • Open-source et éthique

2018-03-31 • Mu Hin Shu

2018-03-30 • Oscillation et mouvement

2018-03-29 • Blog for yourself

2018-03-28 • Vider son Slack

2018-03-27 • Pouvoir et données

2018-03-26 • Commun distribué

2018-03-25 • Writing and timing

2018-03-24 • Pourquoi la forêt ?

2018-03-23 • Courtoisie et grégarité

2018-03-22 • Apophénie qu’ils disaient

2018-03-21 • Valeurs et courage

2018-03-20 • Intentional down-blogging

2018-03-19 • Culture pillars

2018-03-18 • Apprentissage et analyse de textes

2018-03-17 • Solution vs. clue

2018-03-16 • Effet rebond

2018-03-15 • Snobisme assumé

2018-03-14 • Décroissance imposée

2018-03-13 • Corporate responsibility

2018-03-12 • What vs. how

2018-03-11 • Complexité ou complication ?

2018-03-10 • Screens’ challenge

2018-03-09 • 18F Canada

2018-03-08 • Formats d’accompagnement

2018-03-07 • S.A.L.T.Y.

2018-03-06 • Bien ou lien ?

2018-03-05 • Average week

2018-03-04 • Temps de réflexions

2018-03-03 • Give my CPU back

2018-03-02 • 8 80 web

2018-03-01 • Free Act

2018-02-28 • Granted access

2018-02-27 • Technical choices

2018-02-26 • Mailbox is your copy

2018-02-25 • Github and money

2018-02-24 • Coquilles vides

2018-02-23 • Improving quality

2018-02-22 • (Re)Trouver du sens

2018-02-21 • Pirates et désintéressement

2018-02-20 • Matériel de détresse

2018-02-19 • Death Stars

2018-02-18 • Prétendue violation

2018-02-17 • Code et bafouille

2018-02-16 • Technologists are not apart

2018-02-15 • Winter camping gear

2018-02-14 • Skis-raquettes

2018-02-13 • Pharmacie opérationnelle

2018-02-12 • Différent·e·s et ensemble

2018-02-11 • Experience and complexity

2018-02-10 • Github’s monorepo

2018-02-09 • Show, don’t teach

2018-02-08 • Adult behavior

2018-02-07 • Social systems

2018-02-06 • Bibliothèques de Montréal

2018-02-05 • Livres et survie

2018-02-04 • Toilette du code

2018-02-03 • Dark theme

2018-02-02 • Machine failearning

2018-02-01 • Transmettre localement

2018-01-31 • Canaris climatiques

2018-01-30 • Nomades et sédentaires

2018-01-29 • Social software

2018-01-28 • Custodian of culture

2018-01-27 • Faire mémoire

2018-01-26 • Robots after all

2018-01-25 • Public responses

2018-01-24 • Re: Re: HTTPS considered harmful

2018-01-23 • Employés de la donnée

2018-01-22 • Bilingualism and elitism

2018-01-21 • La barre est haute

2018-01-20 • Groupes de discussion

2018-01-19 • Commit (hi)story

2018-01-18 • Unconditional Lifetime Warranty

2018-01-17 • Constitution d’évènement

2018-01-16 • Stratégies d’évolutions

2018-01-15 • Stimulus, JS and HTML

2018-01-14 • Communs numériques

2018-01-13 • GAFA movies

2018-01-12 • Code d’(in)conduite

2018-01-11 • Blaming others

2018-01-10 • Re: HTTPS considered harmful

2018-01-09 • Coder ou écrire

2018-01-08 • Idea × execution

2018-01-07 • Censurer l’alternative

2018-01-06 • HTTPS considered harmful

2018-01-05 • Robust JavaScript

2018-01-04 • Requiem pour un flou

2018-01-03 • Evolution vs. Revolution

2018-01-02 • Oublier Internet

2018-01-01 • Data portability