Confiance et transparence

Dans un univers en état d’équilibre thermique, aucun événement ne pourrait plus se produire en raison de l’absence de dénivellation. Dans un cercle en état d’équilibre d’information, il n’y a plus aucune information. Dans un groupe en état d’équilibre humain, d’homogénéité humaine, il y a entropie. Mais l’entropie, c’est exactement l’équilibre de la mort. Il nous faut être attentif, si nous acceptons les généralisations qui ont été faites par d’autres, à ce que l’adaptation parfaite des uns et des autres dans un groupe signifie en réalité la disparition de la vie de ce groupe au profit de sa mécanisation. L’unité accomplie dans le mouvement politique signifie la disparition de la vie dans un système donné. […]

Or, je peux dire que l’orientation vers une conception unitaire de la nation sous la puissance organisatrice de l’État, comme l’orientation vers l’adaptation généralisée de l’homme à son milieu sont des tendances qui accroissent l’entropie et diminuent la vie. Dans ce mouvement, l’illusion politique a son rôle fort précis à jouer, qui est de présenter un simulacre, un faux-semblant d’information, de courant vivant, de fixer les passions sur de fausses réalités, cependant que les mécanismes adaptateurs fonctionnent, et d’éviter les heurts et les refus au niveau de la réalité de la société nouvelle.

La seule voie pour maintenir l’État dans son cadre et sa fonction, pour restituer à la problématique vie privée-vie politique une réalité, pour dissiper l’illusion politique, c’est de développer et de multiplier les tensions. Cela est également vrai pour l’individu et pour le corps politique. Je pense que seuls les processus de tension et de conflits sont formateurs de la personne. Non seulement sur le plan le plus élevé mais aussi sur le plan collectif.

L’illusion politique, Jacques Ellul.

La faible réactivité de l’État est parfois nécessaire pour laisser le temps à ces tensions de s’installer. Vouloir niveler trop tôt (cache) est une occasion perdue d’une appropriation citoyenne. C’est proposer une escalator là où quelques marches et encouragements auraient suffit. Sans compter le coût de mise en place et de maintenance.

Mastodon est un réseau distribué fondé sur la confiance entre les personnes d’une même micro-culture puis à une autre échelle entre ces micro-cultures à travers les connexions entre instances. Il y a l’opacité des relations humaines dans ces différentes relations de confiance. Certaines sont rendues publiques, d’autres pas. Certaines ont une gouvernance collective, d’autres pas. Certaines sont légales dans certains pays, pas dans d’autres. Cette complexité est propre à chaque communauté et ne peut être résolue à l’échelle d’un pays ou d’une administration. Du moins de manière démocratique.

Lorsque la confiance est rompue, il reste la transparence. Je creuse depuis quelques jours les technologies et concepts autour de Secure ScuttleButt (SSB pour les intimes). À la différence de Mastodon, il ne s’agit pas de technologies web (cache) et Robin a fait un excellent article d’introduction (cache) que je vais tenter de résumer en trois points clefs :

  1. Chaque périphérique est une identité (plus spécifiquement possède une clé privée) qui va émettre un flux incrémental de messages signés.
  2. Les messages du flux s’échangent en pair à pair, je ne stocke que ceux de mes amis et de leurs propres amis pour suivre les discussions et rendre le réseau plus résilient.
  3. Le stockage est chiffré et sa représentation (interface utilisateur) est à la libre interprétation de l’implémenteur. Il existe actuellement des clients graphiques mais c’est l’API qui fait référence.

Autant dire que c’est à des années lumières d’un Twitter décentralisé :-). Ici chaque nœud comporte ses données et devient le centre de son propre réseau pouvant être connecté ou non à Internet. On touche mine de rien avec ces technologies à une certification forte de l’identité/la clé utilisée. Je pense que c’est trop intelligent pour pouvoir percer et qu’il faudra encore quelques itérations pour une prise de conscience collective de ces enjeux mais le cap est techniquement enthousiasmant.

Au niveau des inconvénients, il y a bien sûr ceux relatifs à la performance car le pair-à-pair consomme forcément davantage de ressources pour chaque nœud mais le stockage des flux des amis des amis limite les pics que j’avais pu avoir avec d’autres réseaux du même type. Qui dit chiffrement dit forcément aussi problématiques associées à la gestion des clefs, pour l’instant une clef est générée par périphérique et au passage il n’y a pas à ma connaissance d’implémentation pour téléphone intelligent(-mais-pas-trop-sinon-on-pourrait-faire-du-mesh-sans-payer-une-dîme-aux-constructeurs-et-opérateurs…).

On retrouve la dualité confiance humaine (Mastodon) vs. transparence algorithmique (SSB), observer où vont se déployer les intérêts personnels, politiques et économiques sur ce curseur est fascinant à plus d’un titre. Plus que jamais, les réseaux que l’on rejoint en disent beaucoup sur nos affinités politiques et notre conception du monde.

Entre la Pachysphère et le Scuttleverse, je ne saurais trancher. D’un côté la communauté francophone qui redécouvre les avantages et les inconvénients d’être en comité restreint, de l’autre des personnes qui expérimentent sur des concepts qui me tiennent à cœur. Après tout les deux ne sont pas antithétiques, mais mon attention est limitée :-).