Stages en informatique

Ça va la gestion de l’hystérie ? Y a pénurie d’anxiolytiques en plus de celle de l’essence ? Cool de se baser sur un article un peu sensationnaliste du Monde pour descendre des jeunes essayant de faire quelque chose de leur vie. Perso je suis l’un des « exploités » dont tu parles, et j’ai jamais autant kiffé ma life et autant progressé de ma vie. Les stages à 2Francs on m’en a proposé partout ailleurs. Ici on vit, on trime pas. Je crée, je ne subis pas. J’ai une paie de stagiaire ? Je côtoie des gens brillants et j’apprends au quotidien. 200€ de plus par mois remplace le savoir ? Le jour où je sors d’ici j’aurais appris assez pour créer MON entreprise. L’indépendance c’est mal selon toi ? Ou je devrais plutôt passer mon temps à me branler au lieu d’apprendre pour prendre mon envol je suis payé décemment oui. J’ai ma petite paie, ma chambre, je ne dépense rien pour la bouffe et les restos. J’crois bien qu’il y a des cotisations sur les stagiaires. Pour l’instant ce n’est qu’un stage a temps partiel de 4 mois pour moi j’sais bien qu’on est loin d’être parfaits. La boite n’a que quelques mois. On est tous étudiants ici. À chaque stage que j’ai fait, j’étais un stagiaire. Point. Grosse boite, ptite boite. J’vois pas où est le problème ici j’sais pas si t’as raté le passage où j’t’ai dit que j’étais payé. Et bien au dessus des 3.5€/heure qu’on m’a proposé ailleurs Et les stages où on te met dans un coin pour faire un site en solo, j’en ai vu défiler. Google mon tuteur de stage, merci bcp des boites confortables où des stagiaires avaient des gueules de déterrés j’en ai vu aussi. Tu t’en fous de ça ? Perso je me lève quand je veux, bosse, fais du sport, sors faire la fête, voir ma copine quand je veux. Garde tes stages carrés c’est vrai que je regrette les tickets resto. Sinon, on ne m’offrait pas de vacances ni de tickets pour les grands matchs avant. Vous êtes drôles avec vos histoires de secte. On vole haut. Autant les histoires de statut j’comprend mais là... Bah ouais. Après mes 7-8h à faire semblant de bosser en bon designer, j’suis chez moi. J’fais ce que je veux. Le plus c’est que je le fais à l’heure que je veux. Je gère mon temps. Personne ne me dit oui ou non. le truc c’est que je ne cours pas après l’argent. J’ai juste envie de devenir très bon dans mon domaine. C’est mon objectif. J’ai vu le salariat, la zone de confort et le quotidien branlette, sans défis, sans goût. Je veux créer, pas suivre bêtement. Nan mais, pour la énième fois. On est payés. Il n’y a que les fondateurs qui ne touchent pas de salaire. Pour l’instant je suis à temps partiel et je suis mieux payé que mon précédent stage à temps plein dans une grosse SSII. Ça va ? Libre à vous d’écouter ce que je vous raconte plutôt que de camper sur vos aprioris. c’est pas beau c’est sûr mais c’est pragmatique. Et faut se dire que pour une start up qui débute c’est plutôt normal la prise de recul me fais voir ce que j’y gagne vraiment. Peut-être pas des de gros sous, mais des compétences et c’est la capitalisation sur ces compétences qui m’intéresse pour la suite. Je regardes sur le long terme. Le salariat à vie ne m’intéresse pas en fait. Aller à l’étranger, varier les domaines, créer, innover me passionne plus. Merci de votre intérêt en tout cas. J’espère juste avoir réussi à partager mon point de vue ! C’est un tremplin ici !

@HiD3f sur Twitter

Plus que l’article à sensation (cache) ou la réponse facile (cache), c’est l’avis d’une personne en interne qui m’intéresse. Et là on a de la matière. On pourrait y voir un syndrome de Stockholm ou de l’immaturité. J’y vois la réalité du marché du stage. Directe. Brutale.

Pour avoir un peu côtoyé des étudiants cherchant un stage, ils sont désespérés. Vraiment. On les oblige à en trouver un pour valider leur cursus et au fil des semaines qui s’écoulent ils sont prêts à accepter n’importe quoi. C’est avant tout ce système là qu’il faut dénoncer. Les dérives qui s’ensuivent ne sont qu’une illustration de la main invisible de l’exploitation lorsque l’offre devient supérieure à la demande. C’est la terrible violence du capitalisme. Prendre à parti des jeunes qui ont envie d’apprendre et soif d’entreprendre c’est se tromper de cible.

Si vous voulez inverser la tendance, augmentez la demande qualifiée dans vos entreprises, accompagnez des étudiants, prenez le temps de former la prochaine génération. Montrez-leur qu’une autre voie est possible. Concrètement. Prendre cinq minutes pour dénoncer sur Twitter c’est bien mais ça n’aura aucune conséquence si ce n’est que chacun reparte frustré et incompris dans sa bulle. Prendre trois/six mois pour transformer un étudiant en pair c’est autrement plus enrichissant.

Par ailleurs, lorsqu’un boulot peut facilement être effectué par un stagiaire sans que le commanditaire ne s’en rende compte c’est qu’il y a un problème. Soit de sur-formation (fut-elle autodidacte), soit de sous-qualité. J’ai la douloureuse impression qu’il s’agit davantage de la seconde option dans notre profession… Cela nécessiterait une bonne dose d’éducation côté client pour savoir apprécier le travail bien fait et être en capacité d’arbitrer en connaissance de cause. Nous sommes les seuls à avoir les compétences pour faire ce travail.