Autonomie et temps

Celui qui te traite d’inculte est celui qui te prend de haut parce que tu ignores le peu qu’il sait. Moi, je préfère nous regarder, tous, avec nos petites connaissances, et me dire qu’à plusieurs, on sait beaucoup de choses.

Et si notre-dame la nuit, Catherine Bessonart

Encore un billet qui fait suite au dialogue au sujet de la pairmutation du travail. Je n’avais à l’époque pas terminée ma série d’expérimentations techniques avec les étudiants. C’est maintenant fait et je dois avouer que le résultat est au-delà de mes espérances ! Les contraintes initiales étaient d’avoir carte blanche, d’être en groupes de quatre et d’itérer toutes les heures. Nous sommes arrivés après quatre lundis à un thème par séance, des groupes de deux équilibrés et des itérations de deux heures.

Là où je maugréais de les voir manquer d’initiative la première heure, ils m’ont montré qu’ils savaient être moteurs de leur apprentissage avec un peu d’anticipation et des thèmes. Là où je désespérais de les voir collaborer, ils se sont réunis de leur plein gré et en dehors des cours pour arriver à la conclusion que les groupes de quatre n’étaient pas pertinents et qu’il fallait les équilibrer pour que tout le monde progresse. Là où je pensais réduire les temps d’exploration pour explorer davantage, ils m’ont demandé plus de temps pour explorer mieux.

Je n’ai pas forcé cette prise d’autonomie, j’ai réuni des conditions qui leur permettait de l’acquérir itérativement et cela demande de la patience, du temps, de la liberté et de la confiance. La dernière séance a été fluide et n’a pratiquement pas nécessité ma présence, ils étaient même frustrés de ne pas pouvoir montrer le fruit de leurs explorations à leurs collègues alors qu’ils rechignaient à le faire au début :-). J’ai eu le sentiment d’accompagner une transformation.