Création de coopératives

Coopératives. Le mot semblerait presque désuet. À l’heure où l’économie est aux mains d’une finance high-tech, le mot sonne comme l’écho d’une vision vieillote, celle des utopies fouriéristes et d’un capitalisme soucieux de la condition ouvrière. La première coopérative a en effet vu le jour dans la ville minière du Rochdale, au Royaume-Uni, en 1844. Mais, en dépit de cette origine lointaine, le modèle coopératif n’a rien perdu de sa pertinence et il démontre tous les jours sa modernité.

Une coopérative est une structure de production de biens et de services dans laquelle les salariés sont copropriétaires du capital, codécisionnaires (« un membre, une voix ») et coélecteurs des dirigeants, ces derniers étant responsables devant eux. Une partie des bénéfices est obligatoirement réinvestie dans le développement de la coopérative et une autre est distribuée aux membres associés, sous forme de bénéfices sociaux. Avec l’accord des membres, la coopérative soutient aussi des activités extérieures, dans un esprit d’engagement envers la communauté. Le modèle coopératif est donc une forme d’organisation tournée vers l’intérêt collectif — c’est d’ailleurs à ce titre que l’Onu le défend (2012 Année internationale des coopératives) —, mais son dynamisme, ses capacités entrepreneuriales et ses résultats en font un substitut crédible au capitalisme financier.

Les coopératives emploient aujourd’hui 100 millions de salariés dans le monde, soit 20% de plus que les multinationales. […]

Ce modèle florissant vaut donc la peine d’être examiné. D’autant qu’il donne aux citoyens des leviers d’action sur l’économie, qu’il constitue un puissant outil de redistribution sociale et qu’il résiste mieux aux crises que les autres.

un million de révolutions tranquilles, Bénédicte Manier

Dans la perspective d’une refonte du site internet de scopyleft je m’interroge sur la pertinence d’avoir une partie dédiée à la création d’une SCOP (Société Coopérative et Participative). Il y aurait de la matière à partager sur ce que cela demande en termes administratif, comptable et stratégique. Mais aussi sur notre expérience.

Il y a des personnes qui nous ont contacté individuellement au cours de cette année, comme les happyculteurs, pour répondre ponctuellement à des questions précises relatives à la création et peut-être que cela suffit. Ou peut-être que cette partie du site serait aussi un acte de partage militant. Ou peut-être que cela nécessite un site dédié qui puisse être facilement enrichi par tous ?

Je suis prêt à passer un peu de temps là-dessus mais j’ai besoin de savoir si ça intéresse 2, 20 ou 200 personnes de façon à pouvoir trouver le support approprié. Quelles seraient vos attentes sur la création d’une telle ressource ?

Discussion suite à l’article :

le concept de la SCOP m’intéresse beaucoup et même si je n’ai pas de projet de création en vue (je suis auto-entrepreneur pour le moment), je pense que la mise à disposition de telles ressources serait bénéfique.

En termes de contenus, effectivement l’administratif et la gestion me semblent important, comme tu le mentionnes. Votre expérience sur cette aventure, notamment sur l’aspect relationnel et les processus de prise de décision seraient aussi utiles à mon avis.

Je ne sais pas si tu vas à Devopensud la semaine prochaine. Si oui, on pourra en discuter à ce moment là :)

Eliot Berriot, le 2014-04-24 à 21:18

Mes attentes sur une telle idée sont malheureusement un peu vagues. Comme c’est pour moi actuellement un tout début de projet, peut-être que commencer par les façons qui vous semblent les plus opportunes pour rencontrer du monde dans le même état d’esprit et dans le même secteur d’activité serait un premier pas ?

En tout cas, merci pour la proposition David !

Jérémy Huet, le 2014-07-14 à 18:36