Voir un enfant

Voir un enfant s’éveiller,
Chaque jour un peu plus, chaque heure,
Et retrouver dans ses yeux la bienveillance et la naïveté originelles. L’incompréhension de ce monde aussi.

Voir un enfant rêver,
Un défilement de mimiques et de sursauts,
Et s’interroger sur l’inné et l’acquis en termes d’humanité. Sur la base de nos relations sociales aussi.

Voir un enfant hurler,
Ressentir l’impuissance et l’inutilité,
Et transmettre de la douceur pour apaiser la douleur. Absorber du stress pour l’évacuer par ailleurs.

Voir un enfant téter,
Fouissant, s’arc-boutant, s’épuisant,
Et se rappeler que nous sommes encore si proches de nos origines animales. De l’importance de l’éducation aussi.

Voir un enfant hoqueter,
De l’inconnu et de l’inconfort,
Et accepter les petits désagréments quotidiens. Mais savoir refuser les asservissements aussi.

Voir un enfant sourire,
Petite bulle de bonheur suspendue,
Et revoir ses priorités, ses démons, ses désirs. Avoir envie d’œuvrer pour un avenir plus radieux aussi.

Voir un enfant. Et retenir ses larmes…