Testament numérique

There’s an old joke among programmers about who will maintain the code when its author gets hit by a truck. This page is here so that if for some reason I’m no longer able to keep my web services running, people will know what to do.

Aaron Swartz, If I get hit by a truck…

J’ai découvert cette page après avoir appris le suicide de l’auteur. Aaron a fait énormément de choses durant les 26 années de sa vie, dont web.py qui m’avait fait découvrir le développement web avec Python, chose que je pensais impossible à l’époque mais aussi participé à la définition de l’OpenData en 2007. Les circonstances de sa mort sont clairement honteuses.

Ce contexte sordide m’amène à me questionner sur cette notion de testament numérique, ou plutôt d’héritage numérique. À qui confier une telle tâche ? Pour quelles raisons ? À quels coûts ?

Allons-y par catégories, si je venais à ne plus être en mesure de gérer mon identité numérique :

En rédigeant ce testament, je me rends compte à quel point certaines choses sont futiles et d’autres extrêmement importantes pour assurer cette transmission (accès, documentation, etc). Anticiper ce moment permet de relativiser la valeur numérique actuelle de mes données et de leurs usages.

Dans le cas où Karl serait inapte lui-même à ce moment là, je laisse son propre héritier numérique (Olivier à ce jour) gérer ce moment.

PS : cette page fait office de référence et sera mise à jour au cours du temps. Voir le billet relatif également.

Discussion suite à l’article :

Les circonstances de sa mort sont clairement honteuses.

Alors d’accord, il était poursuivi parce que le MIT n’avait pas abandonné sa plainte, mais en gros, ce que dit Lessig c’est : qu’Aaron voulait aller au procès, il mélange dans une seule et même relation sa santé et sa santé financière (il était quand même quasi milliionaire il y a 6 ans), et omet de préciser qu’il a connu dans le passé, et bien avant ses installations sauvages de portables dans les armoires, des épisodes dépressifs. Après pour les millions et les années de prisons, on rappelle que DSK encourait 74 années de prison, Mitnick a été condamné à 5 ans de prison sur 460 encourus, et Madoff condamné à 150 ans de prison... Donc "clairement honteux", c’est un peu fort à mon sens :-)

Damien B, le 2013-01-16 à 23:56

Quelques poursuites volontaires et involontaires par rapport à ce texte :

Et peut-être d’autres non détectés.

Karl Dubost, le 2013-02-04 à 11:58

Et peut-être d’autres non détectés.

Et ça continue :)

La proposition d’Éric compte-tenu de l’engouement pour la problématique est intéressante : un framework d’héritage numérique pour faciliter la transmission. Se pose toujours la question des identifiants / mots de passe qui pourrait être facilitée par des clés SSH.

David Larlet, le 2013-02-07 à 22:09