Opera et Webkit

L’annonce du passage de Presto à Webkit comme moteur de rendu du navigateur Opera représente un tournant du Web. Mais pas celui qui fait réagir les bisounours des standards du Web sur la monoculture Webkit qui était déjà là de fait. Le tournant réside dans l’opposition nord/sud ou plutôt riches/pauvres, car oui Opera était avant tout un navigateur de pauvres. Un navigateur qui permettait à toute une partie de la planète d’avoir accès au Web sur des mobiles jetés par des riches il y a 3/5 ans. Un accès demandant peu de ressources côté client et limitant la consommation de bande passante grâce à une mise en cache agressive. Un navigateur de contenus en somme. En adoptant Webkit, Opera rend définitivement obsolètes tous ces mobiles qui n’auront pas les ressources matérielles pour faire tourner ce nouveau moteur. La chaîne du recyclage propre à l’obsolescence programmée est brisée.

C’est inquiétant pour 2 raisons :

Le risque n’est pas une monoculture Webkit mais une monoculture occidentale. De riches. Si seulement on pouvait avoir une presse informatique qui creuse un peu tout ça…

[Mise à jour] : on m’indique sur IRC et Twitter que le navigateur Opera Mini pourrait très bien avoir un moteur de rendu Webkit sur les serveurs d’Opera sans que cela affecte la navigation pour les utilisateurs.