Extimité et portée

Un des enjeux du réseau est que nous solidifions et identifions nombre de nos conversations avec un large public. J’aimerais parfois pouvoir dire sur les URIs publiés par l’intermédiaire d’un en-tête HTTP, ce contenu expire dans tant de minutes ou jours. Quelle fiction voulons-nous construire ? Quel tableau voulons nous organiser ?

Les indiscrétions douces, Karl Dubost

Karl s’interroge sur la durée de vie des publications, Loïc expérimente(ait ?) le fait de servir son blog uniquement sur son réseau local pour ses visiteurs physiques. J’y réfléchis depuis la publication de mes pensées que j’envisageais de faire disparaitre au fil des mois sans en avoir finalement eu le courage. Il serait même possible avec quelques lignes de JS/CSS de faire symboliquement rouiller une page.

Comment limiter la diffusion en termes de temps et d’espace des publications personnelles ?

Je posais récemment la question sur Twitter de savoir s’il existait des personnes qui restreignaient leur compte public à un nombre de followers donné et je n’ai eu aucun écho si ce n’est de l’incompréhension. Qui serait assez fou pour frustrer son égo ainsi ? J’y vois pourtant un intérêt non négligeable pour retourner vers une sphère extime, retrouver un cercle de convivialité sur un espace ouvert est finalement assez compliqué et peu de services en ligne arrivent à recréer ces (tiers-)lieux physiques. Il y a bien IRC mais il ne s’agit pas à proprement parler de publication mais plus de discussion.

J’avais également songé à diffuser des informations locales via une antenne wifi réduisant leur portée à l’échelle d’un quartier. Quelle richesse d’échanges permettrait de créer une commune en développant un réseau social hyper-local ? Et quelles conversations pourraient être engagées avec les communes environnantes ? Que produirait du pair-à-pairs avec une contrainte géographique ? Quelles rencontres inter-générationnelles pourraient être provoquées ?

Il y a énormément de choses à expérimenter dans le numérique et le Web à une échelle locale. Les collectivités territoriales se jettent sur l’OpenData mais il y a tellement à créer sans céder à la facilité de reproduire ce qui ne marche pas ailleurs…

Discussion suite à l’article :

Je ne comprend pas en quoi limiter le nombre de followers sur Twitter change quoi que ce soit en terme d’intimité / extimité. Du moment que ton compte est public, consultable et archivable anonymement par tout le monde, le nombre de followers me semble sans importance. Un compte privé serait peut-être plus pertinent. Ou le système de cercles de Google plus, où pour chaque publication tu choisis précisément la cible. J’avoue que ce mécanisme de cercles m’a séduit aux débuts de G+, il correspondait bien à ce que je cherchais, et s’il n’y avait pas eu Google derrière, j’aurais sans doute adopté cette plate-forme.

Par ailleurs, j’ai du mal à considérer Twitter comme un espace de publication. Partage de liens, courtes discussions, mais pas publication. Du moins dans mon usage.

Pour ce qui est de la diffusion locale d’informations, je sais que plusieurs réseaux sociaux sont déjà sur ce créneau. L’un d’eux par exemple, auquel je ne ferai pas de pub, se présente comme un réseau de voisins. On s’inscrit dans un immeuble et choisit ce qu’on partage avec ses voisins, son quartier, sa commune. Encore une fois, l’idée est alléchante, mais portée par des jeunes pousses qui se rêvent en nouveaux Facebook et doivent faire de l’argent. Donc je n’ai jamais donné suite.

Très intéressant billet en tout cas, merci :)

Clochix, le 2013-11-27 à 14:48

À propos des nouvelles locales, localisées:

Pour ce qui est de la diffusion locale d’informations, je sais que plusieurs réseaux sociaux sont déjà sur ce créneau.

La fondation Knight avait donné une grant à EveryBlock pour financer leur idées de nouvelles locales. Malheureusement le projet s’était transformé en mini-scandale quand une fois leur projet développé, ils se sont fait racheter par NBC.

Ironie… depuis EveryBlock a mis la clé sous la porte.

Cela a motivé la fondation Knight à avoir une exigence de remboursement de la bourse si le projet était racheté pour les bourses suivantes. Notamment.

Au moins le projet en question OpenBlock du départ est toujours opensource

OpenBlock is a web application and RESTful service that allows users to browse and search their local area for "hyper-local news" - to see what’s going on recently in the immediate geographic area.

Karl Dubost, le 2013-11-27 à 16:32

Je ne comprend pas en quoi limiter le nombre de followers sur Twitter change quoi que ce soit en terme d’intimité / extimité. Du moment que ton compte est public, consultable et archivable anonymement par tout le monde, le nombre de followers me semble sans importance.

Plusieurs raisons :

David Larlet, le 2013-12-02 à 00:25