Éduquer et militer

Article initialement publié dans le volume 3 de FaitMain avec pour titre Éduquer pour militer sous licence CC BY-SA et rapatrié depuis sur cet espace.

On nous invite à consommer de saison, à consommer bio, à consommer local dans le domaine de l’alimentaire. Pourrait-on en faire de même dans l’informatique ? Vous êtes-vous déjà posé la question de la distance qui vous sépare des développeurs de vos solutions techniques ? De leur relation avec le monde de l’Open-Source ? De l’importance que vous pouvez avoir dans la viabilité de leur structure ? Le choix de ses outils et prestataires web peut-il être militant ?

Peu de personnes ont conscience de la somme de travail qu’il y a derrière un service en ligne ou un logiciel. Demandez autour de vous pendant la prochaine soirée/réunion familiale et vous vous apercevrez probablement que les ordres de grandeurs sont assez délirants, certaines personnes n’ayant même pas conscience qu’il y ait des humains derrière tout ça. Nous — développeurs — avons un devoir éducatif à assumer afin que le grand public réalise que des individus ont apporté leurs compétences et leur temps pour que ces outils existent. Il s’agit aussi de (ré)acquérir une certaine considération, voire une dignité, dans ce processus.

De quels outils disposons-nous pour cela ? Le Web à large échelle mais aussi et surtout le pair-à-pair comme il en a été question pour l’adoption des logiciels libres : chaque geek installant chez ses parents, montrant à ses proches, dépannant parfois. Il pourrait en être de même pour conseiller un prestataire ou un produit ou au moins pour donner les pistes permettant de creuser la question. La proportion de personnes utilisant l’outil informatique est suffisamment importante maintenant pour que chaque groupe puisse discuter de sa propre expérience et échanger sur ce qu’il a pu observer.

Au-delà de l’approche éducative, il est nécessaire de faire prendre conscience qu’un tissu économique est concerné, avec son lot de pratiques douteuses, d’entreprises qui jouent le jeu et d’idéalistes incompris. Dans une société capitaliste on a coutume de dire qu’il faut militer avec son argent en achetant des produits issus d’entreprises conformes à nos valeurs. Il pourrait en être de même avec les achats informatiques en intégrant la composante éthique au même titre que celle de la qualité. Cela demande de répertorier les pratiques des entreprises de façon désintéressée et d’en conserver un historique.

Enfin il pourrait être intéressant de recueillir les avis des personnes ayant vraiment été confrontées aux prestataires, pas forcément pour décrire les mauvaises expériences mais bien pour que cet écosystème soit tiré vers le haut… si suffisamment de personnes y prêtent attention.